France
URL courte
Situation en Syrie (printemps 2017) (181)
13925
S'abonner

La société française de matériaux de construction Lafarge a reconnu avoir remis des fonds à des intermédiaires pour assurer l’activité d’une de ses cimenteries en Syrie entre 2013 et 2014, argent qui aurait bénéficié à Daech. La membre d’une des ONG ayant porté plainte Marie-Laure Guislain répond à Sputnik.

L'entreprise française de matériaux de construction Lafarge (qui a fusionné en 2015 pour devenir le franco-suisse LafargeHolcim) a reconnu jeudi dans un communiqué avoir remis des fonds à des intermédiaires pour assurer l'activité d'une de ses cimenteries en Syrie entre 2013 et 2014. Cet argent aurait bénéficié à des individus armés, dont le groupe terroriste Daech.

L'ONG Sherpa, une association de défense des victimes de crimes économiques, a déposé plainte le 15 novembre dernier contre la société Lafarge devant les juges d'instruction de Paris avec onze autres plaignants, indique la responsable du contentieux au pôle Globalisation et droits humains de l'ONG Marie-Laure Guislain dans une interview accordée à Sputnik.

« Il nous semble qu'effectivement les différentes révélations publiques, mais aussi les deux plaintes : celle de Sherpa et de ECCHR en Allemagne, mais aussi celle de Bercy qui a en partie aussi confirmé la thèse que nous avancions, a dû effectivement mener Lafarge à faire cette enquête. Après, il me semble aussi que Lafarge veut se protéger, certainement, auprès de ses actionnaires et montrer une image d'entreprise responsable et il nous semble un tout petit peu dans la communication de Lafarge qu'il y aurait peut-être une tentative de responsabiliser la filiale syrienne pour décharger la maison mère parisienne », signale-t-elle.

Selon la responsable de l'ONG, les 200 pièces produites pour la plainte contiennent des éléments qui montreraient l'existence d'un lien entre la société Lafarge et le groupe terroriste Daech.

« Effectivement, l'État savait que Lafarge était encore en Syrie dans cette région à l'époque. Nous ne savons pas dans quelle mesure il y a eu un intérêt de l'État. Ça, ce sera une fois de plus à la justice de le déterminer », indique Mme Guislain.

Ainsi, c'est la justice qui devrait s'exprimer à ce sujet.

Les révélations sur la société Lafarge datent de juin dernier quand le journal Le Monde avait accusé le groupe d'arrangements troubles avec des structures djihadistes, ce qui avait poussé plusieurs ONG et le ministère de l'Économie à porter plainte contre l'entreprise.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Situation en Syrie (printemps 2017) (181)

Lire aussi:

LafargeHolcim reconnaît des arrangements financiers avec les djihadistes en Syrie
La France coupable de crimes contre l’humanité en Algérie? La LADDH prête à porter plainte
L’ombre de Daech plane sur le sable de Paris Plages
Affaire Lafarge: financer un mouvement terroriste est répréhensible par la loi
Tags:
plainte, Lafarge, Syrie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook