France
URL courte
Présidentielle 2017 en France (205)
1943211
S'abonner

La dirigeante du Front national français Marine Le Pen a récemment mis en garde les fonctionnaires qui entendent organiser des persécutions à l’encontre de leurs adversaires politiques. Sa cote de popularité a légèrement reculé suite à ces propos, mais elle reste toujours favorite de la prochaine présidentielle.

La cote de popularité de la candidate du Front national Marine Le Pen a reculé de 27,5 % à 26 % suite à sa proposition de punir les fonctionnaires qui jugent possible d'utiliser des pouvoirs d'État pour organiser des persécutions à l'encontre de leurs opposants politiques, selon un sondage réalisé par la société d'étude et de conseil BVA et la société Salesforce.

Lors du sondage précédent, 26 % des électeurs se sont dit prêts à voter pour Marine Le Pen à la présidentielle.

Selon le sondage réalisé du 28 février au 2 mars, Emmanuel Macron, dirigeant du mouvement En marche !, a recueilli 24 % des intentions de vote contre 21 % lors du sondage précédent.

François Fillon, ex-premier ministre et candidat de la droite et du centre compte toujours 19 % des voix. Il résiste ainsi au scandale malgré l'annonce de sa possible mise en examen dans le cadre de l'affaire PenelopeGate qui a perturbé sa campagne électorale.

Marine Le Pen reste donc toujours favorite du premier tour de l'élection programmé pour le 23 avril, mais devrait perdre au second tour du 7 mai face à Macron (61 % contre 39 %) ou à Fillon (55 % contre 45 %).

Lors d'un meeting à Nantes la semaine dernière, Marine Le Pen a appelé les fonctionnaires à se garder d'utiliser des méthodes illégales à des fins politiques.

« Je veux dire publiquement, ici, aux fonctionnaires à qui un personnel politique aux abois demande d'utiliser les pouvoirs d'État pour surveiller les opposants ou organiser à leur encontre des persécutions, des coups tordus ou des cabales d'État, de se garder de participer à de telles dérives », a indiqué la candidate du Front national.

Selon les médias, elle bénéficie toutefois d'un soutien plus solide de ses électeurs que ses concurrents — 78 % de ses électeurs potentiels déclarent que leur choix est définitif.

À gauche, l'écart entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon s'est réduit. Le socialiste Hamon est crédité de 15,5 % des intentions de vote contre 17 % lors du sondage précédent, alors que le candidat de La France insoumise a recueilli 11,5 % contre 10,5% auparavant.

La France est engagée dans une longue période électorale. L'élection présidentielle française de 2017 aura lieu les 23 avril et 7 mai. Les Français se rendront aux urnes pour élire le président du pays pour un mandat de cinq ans.

Dossier:
Présidentielle 2017 en France (205)

Lire aussi:

Quand François Hollande envisage la victoire de Marine Le Pen
Lever l’immunité de Marine Le Pen signifie jouer «le jeu des islamistes»
Nantes: les bus de partisans de Marine Le Pen attaqués par des anti-FN
Le SDF décédé au commissariat de Béziers filmé lors de son interpellation musclée – vidéo
Tags:
intentions de vote, sondage, Présidentielle française 2017, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon, Marine Le Pen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook