France
URL courte
42339
S'abonner

WikiLeaks a révélé qu'après avoir ordonné à la CIA de voler les projets des partis politiques, Barack Obama était «intervenu» dans la présidentielle française en faveur de Macron.

L'organisation WikiLeaks a publié un message sur son compte Twitter selon lequel encore en 2012 l'ex-Président Barack Obama a ordonné aux services de renseignement américains d'espionner les partis politiques français, notamment de voler les projets des candidats à la présidentielle. M. Obama est par la suite « intervenu » dans l'élection présidentielle en faveur d'Emmanuel Macron.

L'ancien Président américain Barack Obama, en apportant son soutien au candidat français Emmanuel Macron, a expliqué dans une vidéo publiée jeudi que « l'élection française est d'une importance capitale pour l'avenir de la France et les valeurs que nous chérissons ».

Des services d'espionnage humain (HUMINT) et numérique (SIGINT) de la CIA ont tenté de pirater tous les grands partis politiques français durant les sept mois qui ont précédé l'élection présidentielle de 2012, notamment le PS, le FN, l'UMP, et les candidats François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn, selon les révélations de WikiLeaks.

D'après WikiLeaks, la CIA a ordonnée en particulier d'espionner l'UMP, car elle « n'était pas assurée de la réélection de Nicolas Sarkozy ». Plusieurs demandes spécifiques ont été faites au sujet de son parti, dont l'obtention des « Plans stratégiques de l'élection », des alliances et des ruptures, des réactions de membres et des discussions au sein de l'UMP.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La Chine alerte sur un possible krach des marchés occidentaux: «Il faut être très vigilant»
Moscou appelle à «ne pas jouer avec le feu» après l'adoption de nouvelles sanctions US
Une vidéo inédite de l'attaque iranienne contre une base US après l’assassinat de Soleimani
Passeport vaccinal: l’UE avance, la France n’y coupera pas
Tags:
campagne présidentielle, WikiLeaks, Emmanuel Macron, Barack Obama, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook