France
URL courte
Second tour de la présidentielle française (2017) (86)
37434
S'abonner

Selon les chiffres délivrés par le Quai d'Orsay, la Syrie est le seul pays où Marine Le Pen l'a emporté sur Emmanuel Macron. Leur motivation ? Changer la politique française à l'égard de ce pays proche-oriental.

Comme des millions d'électeurs, les Français de l'étranger se sont rendus dimanche aux urnes pour le second tour de l'élection présidentielle. Si dans l'ensemble, ils ont très largement voté pour Emmanuel Macron au second tour, ils ont majoritairement soutenu Marine Le Pen en Syrie (64,29%). Une majorité certes relative, puisque sur les 807 inscrits sur les listes, seules 15 personnes se sont déplacées pour voter à Beyrouth, les représentations consulaires françaises ayant été fermées en 2012. Sur ces 15 personnes, on dénombre une abstention, 9 voix pour Marine Le Pen et 5 pour Macron.

Interrogé par Sputnik sur les raisons de ce choix qui va à l'encontre des résultats dans les autres pays, le docteur Katti, un Français habitant en Syrie, répond que ses compatriotes sont mécontents de la rupture des relations diplomatiques entre la France et la Syrie, de la fermeture des bureaux consulaires et des bureaux de l'ambassade, sans oublier la fermeture du lycée français d'Alep. Par conséquent, ils ont été obligés de quitter le pays  pour aller au Liban ou ailleurs. Or, ils craignent que peu de choses changent après l'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir.

« Les Français en Syrie ont peur qu'Emmanuel Macron continue la même politique car ils sont exclus : sans couverture consulaire, sans couverture diplomatique. Donc quand madame Le Pen était pour nouer des relations correctes avec la Syrie et lutter contre le terrorisme, cela leur assurait un meilleur avenir », a-t-il confié.

« La plupart des gouvernements européens continuent à avoir une politique pro-américaine, c'est-à-dire le boycott de la Syrie, et donc le chemin de croix de nos misères, de cette guerre civile. Les gens attendent donc des politiciens qui osent dire qu'il faut arrêter la guerre en Syrie et trouver une solution. Monsieur Fillon avait aussi une position très claire sur ce sujet mais il n'a pas réussi à être au second tour. Marine Le Pen est celle qui proposait une politique plus favorable aux Français de Syrie », poursuit-il.

Et d'ajouter que pour l'instant les Français de Syrie n'ont qu'à attendre pour voir ce que donnera l'élection de M. Macron.

« Nous craignons que la France soit trop subordonnée à l'Allemagne. Nous désirons que la France reste grande, comme l'était celle du général de Gaulle. Nous avons peur que les technocrates de Bruxelles, du monde des finances qui est en train de gouverner, n'imposent leurs politiques aux pays européens car cela ne va pas dans le sens du peuple », conclut-il.

Emmanuel Macron a été élu Président de la République dimanche 7 mai avec 66,06 % des voix. 33,94 % des Français ont voté pour Marine Le Pen. Cette dernière n'a remporté la majorité que dans deux départements, mais a tout de même réalisé une remarquable percée.

Le second tour a été notamment marqué par une forte abstention (25,38 %), du jamais vu depuis 1969. Les blancs et nuls approchent les 9 % des inscrits (plus de quatre millions), ce qui constitue également un record pour une présidentielle.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Second tour de la présidentielle française (2017) (86)

Lire aussi:

La présidentielle française «orchestrée par l'eurobureaucratie»?
Marine Le Pen: le FN doit se transformer et devenir une nouvelle force politique
Marine Le Pen: le FN est la première force d’opposition
Marine Le Pen établit un nouveau record du FN en nombre de voix obtenues
Tags:
relations, élection présidentielle, Présidentielle française 2017, Beyrouth, France, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook