Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Macron cherche à «exploser et la droite, et la gauche pour en récupérer des éléments»

    © REUTERS / Christian Hartmann
    France
    URL courte
    66626

    Dans un commentaire à Sputnik, Guillaume Tabard donne sa vision de la stratégie d'Emmanuel Macron qui vient de nommer un homme qui se dit de droite comme Premier ministre et évoque les scénarios possibles de répartition du pouvoir après les législatives.

    Emmanuel Macron a désigné lundi au poste de Premier ministre Édouard Philippe, un homme qui se dit de droite. Le nouveau Président français réitère-t-il la stratégie d'ouverture employée par Nicolas Sarkozy qui avait procédé en 2007 à une ouverture à gauche et quel serait son objectif ? Pour répondre à cette question, Sputnik s'est adressé à Guillaume Tabard, rédacteur en chef et éditorialiste politique au Figaro.

    « En 2007, Sarkozy avait nommé quelques ministres, sept je crois, venus de la gauche, au sein d'un gouvernement dirigé par un Premier ministre de droite, alors que là, c'est le Premier ministre lui-même qui est de droite. Et c'est inédit qu'un Président de la République choisisse d'emblée un Premier ministre pris dans le camp d'en face. C'est une grande différence », estime-t-il.

    En outre, contrairement à Nicolas Sarkozy, qui avait pour but d'affaiblir la gauche en lui prenant un certain nombre de ses éléments, la volonté d'Emmanuel Macron « est au contraire de dynamiter totalement les cadres politiques actuels pour imposer un nouveau clivage, une nouvelle classification », indique l'interlocuteur de l'agence.

    « L'autre différence dans l'ouverture de Nicolas Sarkozy, il s'agissait de personnalités qui étaient un peu marginales par rapport au PS en tant que tel. […] Donc il y avait des personnes qui avaient une existence personnelle mais qui ne représentaient pas leur parti. Alors que ceux auxquels Emmanuel Macron veut faire appel sont des élus, donc l'idée c'est de décrocher tout un courant de la droite », ajoute-t-il.

    « Il y a donc une rupture avec une partie de la gauche. Dans tous les cas, ce qu'il souhaite faire, c'est d'exploser et la droite, et la gauche pour en récupérer une partie des éléments », souligne M. Tabard.

    Ce dernier estime que compte tenu de cet état des choses, trois scénarios sont possibles après les législatives. Soit les candidats de la droite, investis par LR et l'UDI, parviennent à être majoritaires à l'Assemblée. Dans un tel cas de figure, elle pourra conserver son unité et imposer à Macron de travailler avec cette majorité-là, d'avoir un gouvernement issu de cette majorité, ce qui est un scénario idéal pour la droite.

    Le second scénario, c'est que les députés En Marche ! soient majoritaires à eux-seuls, ce qui libérera les mains au Président.

    Le troisième scénario, que M. Tabard estime le plus probable, est que ni En Marche ! ni la droite n'ait de majorité, et dans ce cas que « tout le courant juppéiste et lemairiste des Républicains choisisse de rejoindre la majorité d'Emmanuel Macron et fasse une coalition avec lui », conclut-il.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Édouard Philippe aux yeux des internautes: jamais entendu parler…
    Edouard Philippe nommé Premier ministre français
    «Un Premier ministre qui se laisserait imposer son gouvernement serait un pantin»
    Tags:
    président élu, premier ministre, élections législatives, Guillaume Tabard, Édouard Philippe, Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik