Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    L’opposition se mobilise pour arrêter le raz-de-marée LREM

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    2759

    Les électeurs sont-ils en train de donner au Président de la République les pleins pouvoirs? Après l’incontestable avance d’En Marche! lors du premier tour des législatives, cette question préoccupe fortement les partis d’opposition, qui appellent largement leurs électeurs à faire barrage au parti de Macron.

    Bénéficiant d'une abstention record, La République en Marche! (LREM) semble rafler toute la gloire du 1er tour du scrutin, ne laissant que peu de place à ses adversaires. Cette fois, tous les partis d'opposition s'unissent afin d'empêcherr le mouvement de M. Macron d'obtenir une trop large majorité à l'Assemblée.

    Les Républicains appellent à s'unir face à la « vague » d'En Marche!

    Arrivée deuxième face au candidat LREM Gilles Le Gendre (18,1 contre 41,8 %), Nathalie Kosciusko-Morizet (LR), investie par Les Républicains et l'UDI, a jugé sur France 2 « possible » de faire « entendre une voix indépendante à l'Assemblée » face à « la vague » de LREM, « si on se rassemble ».

    Quant au chef de file LR aux législatives François Baroin, il a déclaré que la France attend des pouvoirs « non concentrés dans un seul parti ».

    « Nous disons à tous ceux qui se sont abstenus, qui ont fait un choix différent (…) que notre pays attend des pouvoirs équilibrés et non concentrés dans un seul et même parti. Les projections en sièges annoncées montrent qu'un sursaut est indispensable pour le second tour de ces élections législatives », a-t-il affirmé.

    Le FN victime de l'abstention

    Pour Marine Le Pen, c'est « l'abstention catastrophique » qui « pénalise » son parti et « pose la question du mode de scrutin ». La présidente du FN a appelé ses partisans à la mobilisation, tablant sur des « réserves de voix considérables » pour l'emporter dans plusieurs circonscriptions.

    La France insoumise contre la concentration du pouvoir

    Tout en reconnaissant la victoire de La République en marche, Jean-Luc Mélenchon, dirigeant de La France insoumise a appelé les électeurs à ne pas donner les « pleins pouvoirs au parti du Président ».

    Dans son allocution diffusée en direct sur les chaînes de télévision françaises, Jean-Luc Mélenchon a constaté qu'en raison d'une large abstention il n'y avait pas de « majorité pour détruire le Code du travail ».

    PS : « C'est un problème pour la démocratie »

    Le Parti socialiste connaît une crise profonde et doit refonder son identité, a déclaré le porte-parole du PS pour les législatives Julien Dray suite à l'annonce des résultats des élections du 11 juin.

    Le Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis a regretté un résultat « sévère ». « Quand je vois qu'on pourrait rester vingt députés socialistes, c'est un problème pour la démocratie. J'appelle au sursaut de tous les électeurs de gauche. »

    Lire aussi:

    «LégisTatives» sur Twitter: bisou de Macron, palette de Cambadélis, électeurs à «vomir»
    Bientôt un accord franco-russe de coopération sur les technologies électorales?
    La lutte au second tour des législatives sera féroce, selon un observateur russe
    Tags:
    opposition, Les Républicains (LR), Parti socialiste français (PS), La République en Marche! (LREM), En Marche (mouvement politique français), Front national (FN), Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik