France
URL courte
36151
S'abonner

Jeudi 3 août, le débat à l’Assemblée nationale sur le projet de loi pour la confiance dans la vie politique a été assombri par un incident sexiste. Un député a bêlé quand la parole a été prise par Alice Thourot, députée LREM.

Alors que la députée LREM Alice Thourot prenait la parole pour défendre le projet de loi, un bruit presqu'inaudible se fait entendre: un député imite le bruit de la chèvre.

Ce cri sexiste a immédiatement indigné plusieurs élus, notamment Jean-Luc Mélenchon, qui parle de "misogynie ordinaire à l'Assemblée nationale."

Le député LREM Olivier Damaisin semble connaître le coupable et cible un membre des Républicains.

Les séances se suivent et se ressemblent au Palais Bourbon. Le cri de chèvre a été précédé, par le passé, par le caquètement de poule du député UMP Philippe Le Ray pendant une intervention de l'écologiste Véronique Massonneau en octobre 2013. Un an avant, Cécile Duflot, vêtue d'une robe à fleurs bleues, a été accueillie avec des sifflets machistes. À l'époque, l'auteur du caquètement avait été sanctionné par la conférence des présidents de l'Assemblée.

On attend désormais de voir quelle sera la réaction de l'Assemblée au cri de chèvre.

Le Président de l'Assemblée nationale François de Rugy a affiché sur Twitter son soutien à la députée. 

Un internaute, éleveur de chèvres, estime que ces animaux sont plus intelligents que certains députés.

​Un autre propose un remède éprouvé contre le sexisme à l'Assemblée: une amende.

Peut-être tout est plus simple?

Lire aussi:

L’Assemblée nationale, grand «cirque» de députés-amateurs?
Sexisme à l’Assemblée nationale? Elles racontent leur expérience
MacronLeaks: l’histoire de la drogue à l’Assemblée nationale refait surface
Clinton accuse Trump de sexisme mais rémunère mieux les hommes que les femmes
«Pas une seule femme»: le comité Nobel taxé de sexisme
Tags:
sexisme, Les Républicains (LR), La République en Marche! (LREM), Olivier Damaisin, Jean-Luc Mélenchon, Alice Thourot
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook