Ecoutez Radio Sputnik
    Le débat est clos: la France se dotera de drones armés

    Le débat est clos: la France se dotera de drones armés

    © AP Photo / Kirsty Wigglesworth
    France
    URL courte
    15815

    La France a annoncé mardi qu’elle se doterait de drones armés d’ici 2019, rejoignant ainsi des pays tels que les Etats-Unis, Israël et la Grande-Bretagne. Cette décision a ainsi mis un terme aux débats de longue date sur l’engagement militaire de la France sur les théâtres extérieurs.

    Dans son discours de clôture de la 15e université d'été de la Défense à Toulon, la ministre française des Armées Florence Parly a annoncé que les drones de surveillance de l'armée française seront prochainement équipés de missiles sol-air.

    «J'ai décidé d'engager le processus d'armement de nos drones de renseignement et de surveillance», a-t-elle déclaré, citée par l'AFP.

    Avec cette décision, la France rejoindra ainsi le club des pays utilisant déjà des drones armés dans des buts militaires. Il s'agit notamment des Etats-Unis, d'Israël, de la Grande-Bretagne et de l'Italie mais aussi du Moyen-Orient, de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Irak, de l'Iran, du Pakistan et de la Turquie, selon un rapport des sénateurs français Cédric Perrin et Gilbert Roger rendu public en mai.

    «Il s'agit d'une capacité clé du combat de demain, comme l'ont été, à leur époque, le blindé ou l'avion. La France ne saurait passer à côté sous peine de se voir déclassée», a donc insisté Florence Parly, ajoutant que le futur drone européen serait également doté d'armements tandis que sa première livraison est attendue à l'horizon 2025.

    D'après elle, ces drones feront «peser une menace permanente sur les groupes armés terroristes», en particulier au Sahel: grâce à leur discrétion, ils sont quasiment indétectables à l'œil nu, et leur grande autonomie leur permet de réaliser jusqu'à 24 heures de vol d'affilée.

    «À l'avenir, avec la décision que j'annonce aujourd'hui, les drones armés permettront d'allier en permanence la surveillance, l'endurance dans la discrétion et la capacité de frappe, au moment le plus opportun», a-t-elle également expliqué, citée par l'agence Reuters.

    Si une cible est repérée, ces drones pourront être engagés beaucoup plus rapidement qu'un avion pour la «neutraliser». Les armées françaises gagneront ainsi en «efficacité» et «limiteront le risque de dégâts collatéraux», a conclu la ministre en soulignant qu'un drone armé n'est pas un robot tueur et que ces deux systèmes n'avaient, par ailleurs, rien de semblable.

    La France possède actuellement six Reaper achetés aux États-Unis, dont cinq sont basés à Niamey pour les opérations de surveillance des djihadistes dans le Sahel, et un à Cognac. Ils pourraient être armés à l'horizon 2020. Six autres drones directement armés, fabriqués par General Atomics, seront livrés, selon Reuters, d'ici fin 2019.

    Lire aussi:

    Fumée et destructions: Raqqa en ruines filmée par un drone (vidéo)
    Des «yeux de drone» pour les missiles de la marine russe
    Drone amateur vs. porte-avions: remue-ménage à la Défense britannique
    Tags:
    drone, armée, défense, Florence Parly, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik