France
URL courte
10192
S'abonner

Une manifestation contre les ordonnances du Président de la République s’est terminée ce jeudi sous une pluie de fumigènes, ayant réuni quelque 8.000 personnes à Paris et 80.000 dans l'Hexagone, selon le bilan officiel. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, parle à Sputnik de l’ambiance générale dans la société et de ses propres plans.

Environ 40.000 personnes ont participé au rassemblement de jeudi à Paris, contre la loi travail et la politique du gouvernement d'Emmanuel Macron, d'après la Confédération générale du travail (CGT), bien que la préfecture de police présente un bilan inférieur de 8.000 manifestants.

Des participants ont cassé la vitrine d'une banque et ont attaqué une agence immobilière, pour ensuite marquer la fin de la manifestation avec des fumigènes. Dans un entretien à Sputnik, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, constate une grogne accrue.

«Ce que je vois, c'est que le mécontentement a grandi. Vous, vous voyez les sondages, on les regarde aussi mais quand on croise les salariés, il y en a pas beaucoup qui saluent l'action de Macron en matière sociale.»

On ne doit pas baisser les bras dans cette situation, affirme-t-il. «Il faut qu'on continue à bosser. En tout cas, la page n'est pas tournée contrairement à ce que peuvent croire M.Macron et le gouvernement».

Selon M.Martinez, la Force ouvrière (FO), par exemple, a une analyse critique des ordonnances. Et, au-delà d'un certain nombre de mesures gouvernementales, le chef de la CGT s'est réjoui du fait qu'on puisse se retrouver ensemble pour monter «notre opposition à cette politique d'austérité. En tout cas, ça donne confiance aux salariés. Ils préfèrent voir les syndicats qui parlent ensemble que les syndicats qui ne parlent pas ensemble».

A la demande d'évaluer le nombre de participants à la manifestation de jeudi avec celui des rassemblements passés, Philippe Martinez a affirmé ne pas avoir de chiffres précis pour le moment.

«Je crois qu'il y en a plus que le 19 octobre, donc voyez, c'est plutôt bien», fait-il remarquer. «Cela veut dire qu'il faut continuer, mais vous savez bien que le monde du travail a un peu changé, que parmi les principaux concernés les précaires, par exemple, les privés d'emplois, il faut aller les trouver là où ils sont. Les précaires, déjà pour signer une pétition, ce n'est pas facile, alors pour faire grève, c'est encore plus compliqué. Il faut qu'on prenne en compte, et c'est ce que fait la CGT, la diversité du monde du travail», résume-t-il.

​Ce jeudi s'est déroulée une nouvelle journée de mobilisation syndicale contre la politique d'Emmanuel Macron faite de grèves et manifestations partout en France. ​​Selon des médias, qui se réfèrent au ministère de l'Intérieur, au moins 80.000 manifestants ont défilé jeudi dans toute la France.

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Trump déclare que la mouvance antifa sera reconnue comme organisation terroriste
Mort de George Floyd: il menace des manifestants avec un arc et un couteau à Salt Lake City - vidéos
Ciblés par des projectiles, des policiers foncent en voiture sur des manifestants à New York – vidéo
Tags:
loi Travail, travail, salaire, manifestation, protestations, CGT, Philippe Martinez, Emmanuel Macron, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook