Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestation des gardiens de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le nord de la France

    «Pauvre France qui n’a pas les capacités nécessaires pour recadrer un détenu»

    © AFP 2018 Denis Charlet
    France
    URL courte
    18201

    Les surveillants d’une prison du Pas-de-Calais ont refusé vendredi de prendre leur service dans l’établissement où un islamiste avait violemment agressé jeudi trois gardiens. Selon eux, l’attaque a été possible en raison d’un «manque de moyens». L’incident a également provoqué une vague de messages indignés et inquiets sur internet.

    Une manifestation des gardiens s’est tenue vendredi devant le centre pénitentiaire de haute sécurité français à Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, où un vétéran d’Al-Qaïda d’origine allemande, Christian Ganczarski, 51 ans, a blessé jeudi trois surveillants.

    ​Une cinquantaine de gardiens, qui ont refusé de prendre leur service, sont restés devant la prison pour faire part de leur colère et notamment pour dénoncer le manque de moyens et des décisions de l'administration qu'ils jugent incompréhensibles.

    ​Les surveillants de la prison de Fleury-Mérogis, dans l'Essonne, se sont joints à cette action de protestation.

    «On préfère risquer notre paie, que notre vie», ont lancé les manifestants.

    ​Ce nouvel incident a provoqué de nombreuses réactions sur internet.

    ​Les utilisateurs des réseaux sociaux expriment leur solidarité avec les surveillants et s’indignent de l’état des prisons françaises, alors que le danger du terrorisme ne cesse de croître.

    ​Les surveillants de Vendin-le-Vieil, qui abrite de nombreux détenus radicalisés et terroristes, recensent une agression majeure chaque année alors même que cette prison est considérée comme l'une des plus sécurisées en France. En janvier 2017, ils ont notamment manifesté suite au meurtre d’un détenu dans une cellule.

    ​Inquiets face au niveau de sécurité insuffisant, les utilisateurs des réseaux rappellent que le centre de Vendin-le-Vieil, considéré comme une prison de haute sécurité, accueillera prochainement un autre islamiste dangereux, Salah Abdeslam, impliqué dans les attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts en région parisienne. Cet unique survivant des commandos du 13 novembre y sera transféré de la prison de Fleury-Mérogis le temps de son procès programmé à Bruxelles début février.

    Selon les internautes, il est temps de changer quelque chose pour éviter des évènements plus graves dans l’avenir.

    ​L’agression du 11 janvier a eu lieu alors que l’islamiste avait été extrait de sa cellule pour passer un coup de téléphone.

    ​Armé d’une paire de ciseaux et d’un couteau, Christian Ganczarski a agressé trois surveillants de la prison en les blessant à la tête, à la carotide et à la poitrine. D’après les médias, cet ancien lieutenant de Ben Laden et organisateur de l'attentat contre une synagogue de Djerba, en Tunisie, en 2002, aurait crié «Allahu akbar» au moment de l'agression. 

    ​Celui qu’on surnomme désormais Abu Ibrahim terminait sa peine dans la prison de Vendin-le-Vieil et devait bientôt être extradé vers les États-Unis où il doit comparaître car il aurait participé à la formation des pilotes des attentats du 11 septembre 2001.

    ​Plusieurs syndicats de gardiens avaient appelé à des débrayages nationaux ce vendredi.

    ​D’après la Direction de l’administration pénitentiaire, la mobilisation était importante au sein des 188 établissements pénitentiaires français avec des débrayages de 15 à 20 minutes en général. Une nouvelle manifestation est prévue pour lundi prochain.

    Lire aussi:

    Les surveillants pénitentiaires poursuivent le blocage de Fleury-Mérogis
    Mobilisation des surveillants pénitentiaires: 130 établissements sur 188 bloqués ce matin
    Fleury-Mérogis: blocage de la prison après l'agression des surveillants de Vendin-Le-Vieil
    Tags:
    Internet, manifestation, prison de Vendin-le-Vieil, Twitter, Christian Ganczarski, Pas-de-Calais, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik