France
URL courte
32294
S'abonner

Alors que de nombreux sondages assuraient que «les Français étaient hostiles à une sortie de l'euro», Emmanuel Macron vient de reconnaître que la France aurait «probablement» voté en faveur d’un Frexit en cas de référendum. Les opposants et les internautes se mobilisent après cette déclaration du Président.

Dans une interview accordée à la BBC, Emmanuel Macron a reconnu que la France aurait pu voter pour une sortie de l'Union européenne, comme le Royaume-Uni l'a fait avec le Brexit.

«Oui, probablement. Probablement dans un contexte similaire», a répondu le chef de l'Elysée interrogé, les Français auraient pu opter pour un Frexit.

Cette déclaration du chef de l'Etat français aurait pu réjouir François Asselineau, le président de l'Union populaire républicaine, partisan d'une sortie de l'Union européenne, de l'euro et de l'Otan par la France. Il est aussi connu également comme «candidat du Frexit» lors de la présidentielle.

Les partisans de François Asselineau ont lancé il y a cinq mois une pétition en ligne intitulée «Référendum sur la sortie de l'Union Européenne et de l'Euro». Cependant, elle n'a eu jusqu'à présent qu'environ 550 signatures.

Invitée, ce matin à l'émission Les4V, Marine le Pen s'est également prononcée contre l'Union européenne.

Quant aux Français, ils ont aussi eu leur mot à dire suite à ces propos pour le moins inattendus de la part d'Emmanuel Macron.

De nombreux internautes se sont notamment souvenues des innombrables sondages assurant que «les Français sont hostiles à une sortie de l'euro», «trois Français sur quatre sont opposés à une sortie de l'euro», «les Français sont attachés à l'euro» ou encore «les Français ne veulent pas quitter l'Europe», et d'autres articles de ce genre qui apparaissent souvent dans les médias mainstream.

Lire aussi:

Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
«Noces ensanglantées»: dix cochons abattus clandestinement pour un mariage en Seine-Saint-Denis - photo
Tags:
interview, Brexit, Union européenne (UE), Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook