France
URL courte
21613304
S'abonner

La France serait prête à participer à une intervention en Syrie en cas d’utilisation avérée par Damas d’armes chimiques, mais conjointement avec son allié américain, selon le chef d’État-major des armées.

La France pourrait, de concert avec les États-Unis, intervenir en Syrie s'il est prouvé que Damas utilise des armes chimiques, a déclaré le général François Lecointre, chef d'État-major des armées, dans une interview à la radio Europe 1.

«Évidemment, ça se ferait sans doute en lien avec les Américains», a-t-il souligné. «Il y a la marque d'une solidarité avec un allié stratégique essentiel pour la France, et une même vision des choses quant à la situation en Syrie et le dépassement de ces lignes rouges [par les dirigeants syriens]», a ajouté le militaire, sans pour autant donner de détails. «La France a la possibilité de faire les choses en autonomie», a cependant fait remarquer le responsable, selon lequel seul le Président, qui est le chef des armées, peut révéler les détails d'une telle opération.

«Le président Macron n'aurait pas fait ce type de déclaration s'il ne savait pas que nous en avons les moyens», a-t-il indiqué, en référence aux propos d'Emmanuel Macron selon lesquels il y aurait une riposte immédiate de la France en Syrie si la ligne rouge d'utilisation d'armes chimiques était franchie.

Pour l'instant, Paris n'a pas de confirmation absolue d'utilisation d'armes chimiques en Syrie, selon des sources officielles. Cependant, il a initié la création d'un «partenariat international contre l'impunité lors de l'utilisation d'armes chimiques», une initiative qui préoccupe beaucoup la Russie. Moscou estime que ce nouveau format sape les dispositions essentielles de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques.

Lire aussi:

Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Tags:
intervention, armes chimiques, François Lecointre, Syrie, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook