France
URL courte
26729
S'abonner

Des réfugiés vivant à Paris affirment faire l’objet d’abus et d’agressions physiques de la part de citoyens français. Ces violences auraient explosé par rapport à l’année précédente.

Une étude de Refugee Rights Europe publiée ce samedi par le quotidien britannique The Guardian atteste que des centaines de réfugiés vivant à Paris, dont beaucoup espéraient atteindre le Royaume-Uni, affirment avoir fait l'objet de différents abus de la part de Parisiens.

75% des réfugiés interrogés ont déclaré avoir été victimes de violences verbales de la part de citoyens français, le plus souvent d'actes racistes. 20% ont évoqué des violences physiques, tandis que 5% ont déclaré avoir été victimes d'agressions sexuelles.

Plus d'un tiers des répondants ont également affirmé avoir été confrontés à des violences policières, 86% d'entre eux déclarant avoir été victimes de gaz lacrymogène. Les personnes interrogées ont décrit la manière dont la police pulvérisait des gaz lacrymogènes dans leurs tentes la nuit pendant leur sommeil, tandis que d'autres expliquaient comment les agents avaient détruit leurs logements précaires.

Sur un échantillon de près de 300 réfugiés (environ 10% des 2.950 migrants dormant dans la capitale française) il est apparu que 42% des répondants ne se sentaient pas en sécurité.

Le niveau de violences subis par les réfugiés de la part de citoyens français s'est notablement élevé par rapport à celui relevé par une étude réalisée entre le 18 et le 22 janvier de l'année dernière. En 2017, 5,6% des réfugiés avaient déclaré avoir fait l'objet d'agressions verbales, 3,2%, de violences physiques et 0,3% seulement de violences sexuelles. 

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
L’acte 62 des Gilets jaunes se poursuit dans la soirée à Paris
Tags:
abus, violences, réfugiés, Refugee Rights Europe, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik