Ecoutez Radio Sputnik
    Attaque de l'Aude

    L'agression de journalistes à Carcassonne en images

    © REUTERS / Regis Duvigna
    France
    URL courte
    Prise d'otages dans un supermarché dans l'Aude (27)
    20628

    Après que des journalistes n'ont pas eu un accueil très chaleureux dans la cité de l'auteur de l'attentat de vendredi, Ozanam, des images de l'agression ont été publiées.

    Descendus dans la cité d'Ozanam où habitait le terroriste de Trèbes Radouane Lakdi, des journalistes de plusieurs médias français, dont France 3 et BFM TV, se sont retrouvés entourés pas un groupe de jeunes agressifs qui n'ont pas hésité à passer à l'acte pour les faire partir. Quelques heures plus tard, des images de la cité et de l'agression qui y est survenue sont apparues sur le Web.

    ​Plusieurs représentants des médias agressés ont partagé les détails de cet accueil violent. Yann Bouchez du Monde a fait état sur Twitter d'altercations avec de jeunes habitants d'Ozanam: «T'es journaliste? Barre-toi d'ici ou je te casse les jambes».

    Le journaliste de France 3 Marc Dana a de son côté raconté que les jeunes avaient commencé à les «bousculer et à prendre nos pieds de caméras en les lançant sur nous».

    Français d'origine marocaine de 25 ans, Radouane Lakdim, fiché S, a mené plusieurs attaques vendredi 23 mars à Carcassonne et Trèbes (Aude), avant d'être abattu par le GIGN dans un Super U. Il s'était présenté comme «un soldat» du groupe djihadiste Daech*, qui a revendiqué les attaques.

    *Organisation terroriste interdite en Russie.

    Dossier:
    Prise d'otages dans un supermarché dans l'Aude (27)

    Lire aussi:

    Les habitants de la cité du terroriste de l'Aude rejettent violemment les journalistes
    Où sera-t-il enterré, «au Père-Lachaise»? La polémique autour du terroriste de Trèbes
    La tour Eiffel éteinte en hommage aux victimes des attentats dans l’Aude
    Tags:
    image, agression, médias, journalistes, France, Trèbes, Aude
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik