Ecoutez Radio Sputnik
    Agnès Varda

    Pas assez de féminisme dans les écoles et les lycées? Agnès Varda l’affirme

    CC BY-SA 3.0 / Georges Biard / Agnès Varda
    France
    URL courte
    Fabien Buzzanca
    1125

    Invitée d’une opération en faveur de la place des femmes dans le cinéma, la réalisatrice Agnès Varda a regretté que l’éducation ne fasse pas plus la part belle au féminisme. Selon elle, il est nécessaire de «continuer le combat» pour la parité. Un combat que le monde du cinéma mène depuis plusieurs mois.

    Elle a 90 ans, mais toujours pas la langue dans sa poche. Agnès Varda, célèbre cinéaste de la Nouvelle Vague, était invitée le 18 juillet 2018 de la «Woman in Motion», une opération organisée par le groupe de luxe Kering et qui visait à promouvoir la place des femmes dans l'industrie du film. Un contexte idéal pour pousser un petit coup de gueule.

    «Le féminisme n'est pas très actif dans l'éducation, dans les écoles et lycées. De manière générale, l'éducation sexuelle est un peu aplatie. On n'en parle pas assez aux jeunes femmes et aux jeunes hommes», a affirmé la réalisatrice.

    ​Selon Agnès Varda, le combat pour la parité a perdu de sa superbe, elle avance même qu'«il est traité tous les jours par des gens moins spectaculaires». «Il faut continuer le combat. On a cru dans les années 60 que les choses allaient vite changer. On voit que ce n'est pas le cas», a-t-elle ajouté. D'après elle, il est nécessaire de continuer un «combat» qui «dépasse évidemment le cinéma».

    Pourtant, c'est bien le monde du cinéma qui a été le théâtre le plus agité concernant le combat pour la parité ces derniers mois. L'affaire Weinstein, du nom du célèbre producteur américain accusé par de nombreuses actrices d'agressions sexuelles depuis le mois d'octobre 2017, a été le déclencheur de plusieurs mouvements féministes. Ces derniers ont souvent pour vecteur de célèbres hashtags, notamment #metoo ou encore #balancetonporc.

    Lors de la cérémonie des Oscars du cinéma, le 5 mars dernier, Frances McDormand, récompensée de la statuette de la meilleure actrice, a fait se lever toutes les femmes présentes dans la salle du Théâtre Dolby de Los Angeles. «Maintenant, regardez mesdames et messieurs, car nous avons toutes des histoires à raconter», avait-elle lancé à une foule électrisée.

    Agnès Varda a elle-même fait partie des 82 femmes — actrices, réalisatrices et productrices — qui ont monté les marches du dernier Festival de Cannes pour exiger une meilleure parité. L'un de ses films les plus féministes, «L'Une chante, l'autre pas», tourné en 1976 et abordant la contraception et l'avortement, ressort en salles le 3 juillet 2018 en version restaurée.

    Lire aussi:

    Cinéma et Arabie saoudite: relations compliquées depuis des décennies, en rétrospective
    De Kevin Spacey à Mariah Carey: ceux qui sont dans l'œil du cyclone Weinstein
    Brigitte Bardot sur le scandale du harcèlement sexuel: «hypocrite, ridicule, sans intérêt»
    Tags:
    lycée, école, féminisme, Agnès Varda, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik