Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Macron se saisit des territoires défavorisés, «reconquête» ou «hypocrisie»?

    © Sputnik . Alexander Galperine
    France
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    507

    Le 18 juillet, en Conseil des ministres, le gouvernement a précisé ses mesures en faveur des territoires les plus défavorisés, promises par Emmanuel Macron en novembre dernier. «Il faudra juger à partir des actes», estime, assez réservé, Louis Maurin, Directeur de l’Observatoire des inégalités, qui craint une «forme de communication politique».

    1.514 quartiers prioritaires, 5,4 millions d'habitants et un taux de chômage deux fois et demie plus élevé que sur le reste du territoire. Pour en finir avec les inégalités, le gouvernement a présenté son «plan de bataille» pour les «quartiers de reconquête républicaine», concentré sur la sécurité, l'éducation et l'emploi, notamment pour faciliter l'accès à des stages de troisième.

    Depuis 40 ans, les plans se suivent et se ressemblent presque: mais «il ne faut pas faire de procès d'intention, il faudra juger à partir des actes», estime Louis Maurin, Directeur de l'Observatoire des inégalités, qui consent néanmoins:

    «Il y a un décalage entre la prise de conscience politique et les actions concrètes. Souvent, on en reste à des formes de communication politique. Il y a une forme d'hypocrisie que l'on a souvent soulevée.»

    Lors de son discours sur la politique de la ville à Tourcoing en novembre 2017, Emmanuel Macron avait appelé à une «mobilisation nationale» pour les quartiers définis comme «prioritaires»: c'est ce plan qui a été présenté mercredi 18 juillet en Conseil des ministres.

    Le ministère de la Cohésion des territoires mise sur l'éducation: extension du dispositif de dédoublement des classes de CP en REP, mise en place de 2 adultes par classe de maternelle dans une soixantaine de quartiers. «Le dédoublement des classes de CP, ça ne touche qu'un dixième de la population, mais on commence enfin à voir une politique un peu structurelle», estime M. Maurin. En termes d'emploi, une enveloppe de 2 milliards d'euros est prévue pour le plan investissement-compétence.

    «2 milliards d'euros pour l'emploi des jeunes sans qualification et des chômeurs longue durée, ça peut agir. C'est un peu un mix entre communication et des choses qui, si elles sont mises en place, peuvent avoir des effets.»

    Si les intentions sont louables, il ne faut «oublier que la pauvreté se joue aussi ailleurs que dans ces quartiers. Il ne faut utiliser les quartiers prioritaires comme territoire de la pauvreté, car ne n'est pas vrai», met en garde M.Maurin.

    «Le danger est de confondre les territoires les plus pauvres, et là où vivent les pauvres vivent en général, et l'utiliser comme de la communication.»

    L’Europe ne veut-elle plus «sauver son âme»?
    © AP Photo / Alexander Zemlianichenko
    En revanche, «15 millions d'euros aux associations les plus structurantes, franchement, c'est rien», poursuit-il, alors que le gouvernement entend «faire confiance aux associations». D'un autre côté, la suppression de 150.000 emplois aidés ne les avaient guère rassurés: «Toutes les associations n'ont pas de contrat aidé, mais on est dans le paradoxe le plus complet. Heureusement que les associations, dans ces quartiers-là, n'attendent pas tout de l'État non plus.»

    Afin de faciliter l'accès à l'emploi, une «plate-forme des stages» verra le jour, pour mettre en relation élèves et entreprises. Elle devrait être lancée «très rapidement», a annoncé l'Élysée, qui souhaite assurer 30.000 «stages de qualité»: la moitié de ces stages seront proposés par la fonction publique, l'autre par des entreprises.

    «C'est carrément ridicule! Pour la maire socialiste de Bondy, interrogée par La Croix: «la mairie le fait déjà et nous n'avons pas besoin de l'État pour cela.»

    «Au moins, cette majorité-là elle se pose la question» tranche M. Maurin. En général, «Le collège est incapable de vous donner des adresses, il n'a rien recensé […] Pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple.»

    Le gouvernement prévoit également de renforcer la sécurité, avec le déploiement de 13.000 postes de policiers et de gendarmes, et la création de délégués chargés du lien entre les jeunes et les forces de l'ordre.

    Création? Une mesure qui ressemble beaucoup à celle créée dans le cadre du plan «Espoirs banlieues» en 2008. 

    Lire aussi:

    Nouveau plan banlieues: une «rustine» de plus face à la crise de l’emploi?
    Luc Ferry propose de raser les quartiers «pourris» pour «sauver» l’éducation
    Contrôle des chômeurs renforcé: une exception française?
    Tags:
    chômage, pauvreté, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik