Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    Quand les collaborateurs d’Emmanuel Macron multiplient les frasques

    © AFP 2018 CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
    France
    URL courte
    Fabien Buzzanca
    Affaire Benalla (79)
    39427

    Emmanuel Macron est dans la tourmente depuis qu’une vidéo montrant l’un de ses collaborateurs frapper violemment un manifestant a été rendue publique le 18 juillet. Ce n’est pas la première fois que son entourage crée la polémique. Sputnik France revient sur plusieurs affaires qui ont secoué les rangs de La République en Marche.

    Manifestant violenté, chauffeur de taxi mordu, député frappé à coups de casque, partie de jeux vidéo avec un repris de justice… Depuis l'accession au pouvoir d'Emmanuel Macron, plusieurs de ses collaborateurs et proches ont défrayé la chronique. Sputnik France vous rafraîchit la mémoire.

    Quand un chargé de mission de l'Elysée roue de coups des manifestants

    Le 18 juillet 2018, le site du quotidien Le Monde a mis en ligne une vidéo confondante filmée lors du défilé du 1er mai à Paris. On peut y voir Alexandre Benalla, à l'époque chargé de mission auprès du chef de cabinet de la présidence, qui surgit équipé d'un casque à visière, en tenue civile, avant de s'en prendre violemment à des manifestants. Il se trouvait pourtant là en tant que simple observateur du dispositif. Alexandre Benalla a été «mis à pied pendant quinze jours avec suspension de salaire» et «démis de ses fonctions en matière d'organisation de la sécurité des déplacements du président», a précisé Bruno Roger-Petit, porte-parole de l'Elysée. Une sanction légère qui a provoqué une levée de boucliers à gauche comme à droite. Le parquet de Paris a ouvert le 19 juillet une enquête préliminaire pour «violences par personne chargée d'une mission de service public», «usurpation de fonctions» et «usurpation de signes réservés à l'autorité publique».

    L'ex-garde du corps d'Emmanuel Macron en pleine partie de jeux-vidéo avec «le logeur de Daech*»

    Le 6 juin 2018, les comptes Snapchat de Jawad Bendaoud, diffusaient des vidéos… étonnantes. On y voyait «le logeur de Daech*» jouer à la célèbre simulation de football FIFA 2018 avec un certain Makao, ex-garde du corps d'Emmanuel Macron. Son identité sera par la suite confirmée par Check News, le site de fact-checking de Libération. L'image des deux hommes tout sourire additionnée au fait que deux jours auparavant Makao posait sur Twitter avec le locataire de l'Elysée ont déclenché de vives critiques sur les réseaux sociaux. Plusieurs internautes s'offusquant de voir l'ex-protecteur du Président prendre du bon temps avec un individu accusé d'avoir hébergé une partie des terroristes du 13 Novembre. Contacté par CheckNews, la présidence n'avait, à l'époque, pas souhaité faire de commentaires.

    Un député macroniste agresse un responsable socialiste à coups de casque dans Paris

    Le 31 août 2017, l'hebdomadaire Marianne révélait une affaire aussi violente que rocambolesque. Le jour précédant, le député LREM M'Jid El Guerrab avait brutalement agressé le responsable de fédération socialiste Boris Faure avec qui il entretient un différend politique. Frappé à coups de casque, le membre du PS a terminé en soins intensifs. De son côté, M'Jid El Guerrab s'est défendu en invoquant la légitime défense. Mis en examen pour «violences volontaires avec arme», il a été contraint de quitter LREM et siège avec les non-inscrits.

    Une députée qui a les crocs

    Un peu avant l'affaire El Guerrab, c'était une autre députée macroniste qui faisait les choux gras de la presse. Le 5 juillet 2017, le Canard Enchaîné dégaînait une affaire plus qu'embarrassante pour la majorité présidentielle. Laëtitia Avia, jeune parlementaire LREM, et symbole du renouvellement politique vendu par Emmanuel Macron, s'est retrouvée aux prises avec un chauffeur de taxi le 23 juin. Appelés sur place pour mettre fin à l'altercation, les policiers de Saint-Mandé dans le Val-de-Marne assurent que la députée a mordu le chauffeur à l'épaule. Toujours d'après les forces de l'ordre, elle aurait eu « un ton condescendant ». Résultat de l'affaire? Une plainte du conducteur pour coups et blessures et une de la députée pour séquestration.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Affaire Benalla (79)

    Lire aussi:

    Après Benalla, un autre collaborateur de Macron placé en garde à vue
    Une députée LREM plutôt mordante s’en prend à un chauffeur du taxi
    Un nouveau Watergate? Mélenchon se prononce sur l’affaire Benalla
    Tags:
    scandale, manifestation, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik