Ecoutez Radio Sputnik
    «Les personnes âgées sont les grandes oubliées du plan pauvreté» de Macron

    «Les personnes âgées sont les grandes oubliées du plan pauvreté» de Macron

    CC0 / Pixabay/Free-Photos
    France
    URL courte
    Fabien Buzzanca
    14019

    Le 13 septembre, Macron présentait son plan de lutte contre la pauvreté. 8,5 milliards d’euros sur 4 ans seront alloués pour combattre un phénomène qui touche 8,8 millions de personnes. Isabelle Sénécal, chargée de mission pour les petits frères des Pauvres, se désole que les personnes âgées soient «oubliées». Elle s’est confiée à Sputnik.

    «J'ai décidé qu'une obligation de formation jusqu'à 18 ans sera mise en place. L'objectif est clair: aucun jeune de moins de 18 ans ne pourra se retrouver sans solution.»

    Lors de la présentation de son plan de lutte contre la pauvreté, Emmanuel Macron s'est exprimé durant plus d'une heure le 13 septembre au Musée de l'Homme à Paris. Et si la jeunesse a occupé une bonne partie du discours, la situation des personnes âgées sous le seuil de pauvreté n'a pas directement été abordée.

    ​«Nous sommes déçus. C'est clair. Les personnes âgées sont les grandes oubliées du Plan pauvreté. En une heure de discours, le Président de la République n'a pas prononcé "personne âgée", "aîné" ou "vieillissement" une seule fois. Alors que c'est un véritable enjeu de société», s'inquiète Isabelle Sénécal contactée par Sputnik France.

    Cette dernière officie en tant que chargée de mission pour les petits frères des Pauvres, une association qui vient majoritairement en aide aux plus de 50 ans en situation d'isolement et/ou de précarité et qui a publié un communiqué suite au discours d'Emmanuel Macron.

    Dans les annonces sur les différentes mesures envisagées avec l'enveloppe de 8,5 milliards d'euros en quatre ans qui sera allouée au plan pauvreté, on peine à trouver trace d'actions directement dirigées en faveur des personnes âgées en grande difficulté financière.

    taux de pauvreté tranche d'âge

    En 2015, les 60 ans et plus représentaient 23% du total des Français qui vivaient sous le seuil de pauvreté. Statistiquement, il s'agit de la tranche de la population la moins touchée par ce phénomène. Mais Isabelle Sénécal nuance ce tableau:

    «La situation s'est améliorée si l'on prend les cinquante dernières années. Des garde-fous ont été mis en place, dont le minimum vieillesse. Mais ces dernières années, les crises sont passées par là. La situation financière de beaucoup de personnes âgées a empiré.

    Quand on analyse en détail les chiffres, on constate que les personnes âgées qui sont en dessous du seuil de pauvreté n'ont que très de chance de voir leur situation s'améliorer. Quand vous êtes un jeune de 20 ou 25 ans, vous avez la vie devant vous et des possibilités de rebondir. À 70 ans, vos options sont plus que limitées. Sans parler des problèmes de santé, de la perte d'autonomie et de l'isolement qui sont autant de facteurs aggravants.»

    En 2017, les personnes entrées en accompagnement avec l'association avaient pour 70% des revenus inférieurs à 1.000 euros par mois et pour certaines d'entre elles… de moins de 500 euros. Isabelle Sénécal s'inquiète particulièrement de la situation des femmes, qui représentent la majeure partie des personnes à qui les petits frères des Pauvres viennent en aide:

    «Les plus touchées sont les femmes, car elles font partie d'une génération où beaucoup n'ont jamais travaillé ou ont fait des carrières incomplètes. Un certain nombre d'entre elles travaillaient avec leur mari sans avoir jamais été déclarées. Elles se retrouvent à la retraite avec de toutes petites pensions. De plus, c'est un problème démographique. Les femmes vivent souvent plus longtemps que leur mari et elles doivent parfois faire face seules à des situations financières dramatiques, auxquelles se rajoutent des problèmes de santé et de perte d'autonomie.»

    Elle en veut au gouvernement actuel et aux précédents, non seulement pour ce qu'elle considère comme un manque d'intérêt pour les personnes âgées en situation de précarité, mais aussi pour une suite de décisions qu'elle juge malheureuses:

    «Pendant des années, les revalorisations du minimum vieillesse [devenu en 2006 l'allocation de solidarité aux personnes âgées ou Aspa ndlr] ont été insignifiantes, alors que l'inflation était bien réelle. Cela a conduit à un appauvrissement d'une partie de la population.»

    Dans son programme, le Président de la République avait annoncé une revalorisation de 100 euros de l'Aspa, qui s'est transformée en trois hausses: 30 euros en 2018, et 35 euros les deux années suivantes. Cela portera l'allocation à au moins 903 euros en 2020. Elle sera donc toujours en dessous du seuil de pauvreté qui est à 1.026 euros par mois.

    «Sans parler du fait que revaloriser en trois fois est bien moins intéressant. De plus, nous avons eu la baisse des APL l'année dernière et sa non-revalorisation cette année, qui touche de nombreuses personnes âgées pauvres. Pour couronner le tout, le gouvernement a récemment annoncé l'augmentation de la participation financière des individus se trouvant sous tutelle ou sous curatelle. La moitié des personnes concernées sont sous le seuil de pauvreté», poursuit Isabelle Sénécal.

    Cette décision avait fait bondir les associations. L'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI) et les petits frères des Pauvres se sont fendus d'un communiqué commun dénonçant une «réforme injuste». Luc Gateau, président de l'UNAPEI, parle d'«aberration humaine et économique».

    Quant à Alain Villiez, président des petits frères des Pauvres, il fustige une décision qui vient en surplus de «celles de ces derniers mois qui participent d'une précarisation renforcée des personnes âgées». L'Humanité, citant certains calculs, souligne qu'une personne «percevant 850 euros par mois va voir sa contribution passer d'environ 2,20 euros à 7,50 euros. Soit 340% d'augmentation».

    Isabelle Sénécal fait un lien entre isolement et précarité chez les personnes âgées et se désespère que cette question n'ait pas été abordée par le locataire de l'Élysée lors de son allocution:

    «La disparition du conjoint, des amis, l'évolution de la société avec l'éclatement des familles sur le territoire et même parfois à l'étranger sont autant de facteurs qui peuvent conduire à l'isolement. Et il existe un lien certain entre précarité et isolement.»

    Elle parle notamment d'une «crise des Ehpad». En effet, le prix des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes crève les plafonds. À Paris, il dépasse même les 3.000 euros par mois. Un article daté du 22 juin 2017 sur le site de la Caisse des Dépôts des territoires chiffre le prix moyen mensuel à 1.949 euros dans l'Hexagone. À ce prix-là, ce n'est pas une option pour de très nombreuses familles.

    «Qui peut se payer une place dans un tel établissement aujourd'hui? Entre le domicile et l'Ehpad, vous n'avez quasiment pas de choix. Faute de budget, le personnel souffre, de même que les patients», s'alarme Isabelle Sénécal.

    Elle demande «une mesure forte qui serait un véritable signal d'espoir» et souhaite que la revalorisation de l'Aspa se fasse à hauteur du seuil de pauvreté. Car le «revenu universel d'activité» envisagé pour 2020 par le Président de la République ne rassure pas Isabelle Sénécal. Le terme «d'activité» pose problème. «Cela veut-il dire que les personnes âgées en seront exclues?», s'interroge la membre des petits frères des Pauvres, qui craint que le gouvernement n'«oppose les pauvres».

    Le «revenu universel d'activité» est censé fusionner «le plus grand nombre possible de prestations». D'après la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, cela concernera à minima le revenu de solidarité active (RSA), les aides au logement et la prime d'activité.

    «Nous gardons espoir, car Emmanuel Macron est resté assez évasif et tout est à construire. Nous souhaitons bien évidemment participer à cette réforme des minimas sociaux. Et nous resterons très vigilants», lance Isabelle Sénécal dans un élan d'optimisme.

    Elle retient tout de même des points positifs des annonces liées au plan pauvreté. Mais elle souhaite que l'Élysée puisse inclure les personnes âgées, dont les plus précaires, dans la société qu'il désire façonner:

    «Nous avons constaté des choses positives dans ce plan, notamment la valorisation du travail social et des personnes qui font de l'accompagnement. Concernant le ton global, nous sommes conscients qu'il est indispensable de miser sur les jeunes et de leur permettre de sortir de la précarité. C'est une excellente chose. Mais il ne faut pas oublier les autres.

    Si rien n'est fait pour aider les personnes âgées, elles ne s'en sortiront pas toutes seules. C'est un véritable choix de société. Est-ce qu'on considère que les personnes âgées ont leur place? Dans la globalité, elles représentent plus de 20% de la population. Et avec le vieillissement, cela ne fera qu'augmenter.»

    Lire aussi:

    Pauvreté en France: «personne n’a très envie de mesurer l’ampleur du problème»
    L’augmentation de la pauvreté en Europe
    Coupe du monde de foot: 1, pauvreté: 0
    Tags:
    personnes âgées, pauvreté, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik