Ecoutez Radio Sputnik
    sans-abri

    Hôtel de ville ouvert aux SDF: pour le Samu social, «un symbole fort, et après?»

    © Sputnik . Valery Melnikov
    France
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    427

    Anne Hidalgo, maire de Paris, a annoncé le 14 octobre que deux salles de l’Hôtel de Ville seraient ouvertes cet hiver pour accueillir les sans-abri, et notamment les femmes. Une initiative louable, mais qui ne doit pas masquer les difficultés de logements et la nécessité d’accompagner, d’après Eric Pliez, président du Samu social.

    Les salons cossus de l'Hôtel de Ville de Paris seront bientôt transformés en hébergement d'urgence pour femmes sans-abri. Dimanche 14 octobre, dans une interview accordée au JDD, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a indiqué que les salons des Tapisseries et des Prévôts, qui représentent une surface de 750 m², seront transformés d'ici fin novembre «en accueil de jour —des repas seront servis et des soins prodigués- ainsi qu'en halte de nuit, avec des lits, des dortoirs, des blocs sanitaires».

    Ce lieu d'hébergement sera réservé aux femmes: «en situation de grand froid, elles pourront être jusqu'à une centaine». Elles constituent en effet un public particulièrement fragile: «les femmes SDF sont de plus en plus nombreuses: 12% des sans-abri», a souligné Anne Hidalgo. Et les agressions physiques sont monnaie courante: «90% des femmes SDF ont subi des violences», a ajouté Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris, sur Franceinfo.

    «L'initiative en soi est un symbole fort, de dire qu'on ouvre l'Hôtel de Ville de la capitale aux sans-abri […]. Ce qui est le plus intéressant, c'est ce qui est ensuite: notre constat au Samu social, c'est qu'on a chaque année, 6 à 8.000 femmes qui appellent le 115 et seul un quart sera hébergé», estime Eric Pliez, président du Samu social.

    Elles sont «doublement vulnérables», d'après le mouvement citoyen «Réchauffons nos SDF», auteur d'une pétition demandant une réelle prise en charge des femmes à la rue. Un travail de sensibilisation qui «a enfin payé»:

    ​L'hiver dernier, Paris a lancé une vaste opération baptisée «nuit de solidarité». Divisés en 350 secteurs, des équipes ont sillonné la capitale dans la nuit du 15 février au soir au 16 février, afin de compter le nombre de personnes à la rue. Les recenseurs ont dénombré près de 3.000 personnes dormant dehors, au pic de l'hiver.

    Un chiffre à partir duquel Paris articule sa politique d'hébergement, explique Mme Hidalgo: «Nous avons décompté 3.035 personnes sans solution d'hébergement, au moment où il fait le plus froid. Ces chiffres sont fiables, personne ne les conteste. Il manque donc près de 3.000 places d'hébergement d'urgence dans la capitale. Je me suis engagée à ce que la Ville fasse la moitié du chemin», et en appelle à la responsabilité de l'État pour le reste des places.

    ​«Le chiffre de 3.000, c'est celui qu'on retient de la nuit de la solidarité, où on a identifié dehors 3.000 personnes en plein cœur de l'hiver, sachant que pendant l'hiver, beaucoup de place supplémentaires sont mobilisées. Donc 3.000, c'est le minimum», estime M. Pliez.

    La mairie de Paris entend montrer l'exemple, même si des mairies ont déjà mis en place des solutions d'hébergement en ouvrant des places dans leurs locaux. Les entreprises «qui ont des locaux inoccupés» sont également invitées à «les mettre à disposition».

    Des abris de plus petite taille vont également voir le jour: «L'idée est de transformer d'anciens kiosques ou d'installer de petits abris dans des retraits de rue. Ils seront gérés par des associations et implantés pour une durée limitée dans le temps».

    Pour Eric Pliez, la ville de Paris «a les capacités de mobilisation de bâtiments en dur» auxquels il faut penser «avant d'aller chercher des solutions qui sont trop faciles». «Vous installez une tente isotherme, demain vous aurez toujours des problèmes de sanitaires […]».

    «On a énormément de surface en dur, des bureaux et des logements vacants, qui sont d'abord à mobiliser. Je pense qu'on peut faire ici ou là des expériences avec des produits différents, pourquoi pas des kiosques. Je suis quand même assez méfiant, parce que la vraie question, pour ces gens qui sont de grands exclus, c'est comment on les accompagne, comment on les ramène vers des structures de droit commun, et parfois ça passera par jouer la carte de la proximité.»

    Le nombre de femmes à la rue augmente: «le phénomène des sans-abri est un phénomène qui ressemble à notre société», poursuit Eric Pliez: «On a énormément de familles, de femmes isolées, là où il y a encore 30 ans on avait des hommes seuls». Aujourd'hui, des familles se retrouvent à vivre dans des hôtels plusieurs années: «12% des 35.000 personnes à l'hôtel y sont depuis plus de 5 ans, quasiment 4.000 personnes. Ça, ça me semble aberrant».

    L'une des raisons pour laquelle ces femmes en «rupture familiale», ou «à faibles ressources» se retrouvent à la rue, ce sont «les difficultés d'accès au logement», estime-t-il.

    «Le problème principal pour moi, c'est que l'on ne sort pas du dispositif d'hébergement par manque de logement social accessible.»

    Lire aussi:

    Paris veut mettre ses sans-abri sous cloche
    Des préfabriqués dans le 16e
    Chaque hiver, même rengaine, la classe politique s’émeut sur le sort des SDF
    Tags:
    sans-abri, Hôtel de ville de Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik