France
URL courte
8311117
S'abonner

Un lycéen a pointé une arme sur sa professeur pendant une leçon pour qu’elle le note présent alors que son camarade s’amusait à faire des doigts d’honneur, relate Le Parisien. Filmée dans le lycée Édouard Branly de Créteil, la vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux, suscitant une indignation générale des Français.

Les faits se sont déroulés dans le lycée Édouard Branly de Créteil, lorsqu'un adolescent a… braqué sa professeur avec une arme en lui ordonnant de le noter «présent» et non «absent» à un cours de biotechnologie, selon  Le Parisien.

Alors que l'élève armé menaçait la femme, un de ses camarades de classe s'amusait à faire des doigts d'honneur face à la caméra, le tout accompagné de chahut et de rires.

Filmée jeudi matin, la vidéo a été largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Une enquête, menée par les policiers du commissariat de Créteil, a été ouverte vendredi vers 16 heures après que la professeur a porté plainte, poursuit le média.

Vendredi, les deux adolescents qui apparaissent sur la vidéo ont été placés en garde à vue, comme le précise l'AFP en se référant au parquet de Créteil et soulignant qu'il s'agissait d'une arme factice.

La vidéo a été massivement discutée sur les réseaux sociaux. Ainsi, de très nombreux Français se sont déclarés être révoltés par cette scène filmée dans un établissement scolaire.

D'autres ont cependant pris la défense des lycéens, évoquant plutôt les erreurs des autorités ayant entraîné une telle conduite.

Il y a eu également des twittos qui n'ont pas hésité à ironiser sur cette situation. 

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
arme à feu, lycée, professeur, leçons, vidéo, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook