Ecoutez Radio Sputnik
    Christophe Castaner

    Pression migratoire sur la frontière espagnole: Christophe Castaner prône «la fermeté»

    © REUTERS / Philippe Wojazer
    France
    URL courte
    1118

    Le nouveau ministre français de l’Intérieur Christophe Castaner a proposé de «renforcer la présence de l'État» à la frontière espagnole afin de résoudre le problème migratoire. Dans une interview accordée au Journal du dimanche, il a fait part de son intention de nommer un «coordonnateur sécurité» pour «mieux organiser les contrôles» frontalières.

    Inquiet de «la pression migratoire qui s'exerce depuis quelques mois à la frontière espagnole», Christophe Castaner estime qu'il faut y augmenter «la présence de l'État» ainsi que désigner un haut fonctionnaire chargé de cette mission. Cette déclaration a été faite dans la première interview que M.Castaner a accordée au Journal du dimanche après sa nomination au poste de ministre de l'intérieur.

    «Nous voulons renforcer la présence de l'État sur cette frontière […] Un tiers des demandeurs d'asile en France ont été déboutés dans un autre pays d'Europe, c'est inadmissible. Nous n'avons pas vocation à être une ‘'instance d'appel'' des déboutés de l'Allemagne ou de l'Italie», a-t-il précisé.

    Selon lui, l'an dernier les entrées irrégulières en Espagne ont augmenté de 155% et «les non-admissions à la frontière franco-espagnole (…) de près de 60%».

    Dans le même temps, il a indiqué que 3.500 places supplémentaires seraient créées en 2019 dans des centres d'accueil pour les demandeurs d'asile.

    «Si je veux de la fermeté, je sais aussi que nous devons faire preuve d'humanité», a-t-il nuancé.

    M.Castaner a également déclaré vouloir se rendre «très vite» au Maghreb et en Afrique de l'Ouest afin d'évoquer le sujet des reconduites à la frontière. Prochainement, il doit également s'entretenir au sujet de la crise migratoire avec son homologue italien Matteo Salvini.

    Lire aussi:

    Qualifié d’«arrogant» sur fond de crise des migrants, Macron réplique à Rome
    «Arrogant Président»: Macron creuserait un abîme entre Paris et Rome sur l’immigration
    Le Rassemblement national et Marine Le Pen en rêvent, Salvini l’a (presque) fait
    Tags:
    demande d'asile, migration, frontière, Christophe Castaner, Espagne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik