France
URL courte
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (146)
13017
S'abonner

Quelques jours après l'annonce par l'Allemagne de la suspension de ses ventes d'armes à Riyad, la France a réfuté l'idée de prendre une «décision hâtive» sur l'avenir de son partenariat stratégique avec Riyad tant que les faits sur la mort de Khashoggi ne seront pas clairement établis.

La France ne prendra «aucune décision hâtive» sur l'avenir de son partenariat stratégique avec Riyad tant que les faits sur la mort de Khashoggi ne seront pas clairement établis, selon l'Élysée.

«S'il y a des décisions qui doivent intervenir ultérieurement, elles interviendront mais sur la base d'éléments clarifiés et de responsabilités clairement établies», a dit cette source.

Et d'ajouter: «On ne prendra aucune décision hâtive sur l'avenir de notre partenariat stratégique tant que les faits et les responsabilités ne sont pas établis». 

Auparavant, après la diffusion des récentes informations sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul, la chancelière allemande Angela Merkel avait annoncé que l'exportation d'armes vers l'Arabie saoudite était impossible.

L'Arabie saoudite a fini par reconnaître la mort du journaliste, disparu début octobre au consulat saoudien à Istanbul. Riyad assure que Jamal Khashoggi a été tué dans une rixe et dément avoir ordonné qu'il soit assassiné.

Dimanche 21 octobre, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Joubeir, a qualifié la mort du journaliste d'«énorme et grave erreur» et a dit «ne pas savoir où se trouve son corps».

Dossier:
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (146)

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Interpellé à 249 km/h sur l'autoroute, il explique être prêt à tout pour respecter le couvre-feu
Tags:
Elysée, Jamal Khashoggi, Arabie Saoudite, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook