Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Sarkozy

    Sarkozy: nous poussons Moscou «dans les bras de la Chine et je le regrette profondément»

    © AFP 2018 CHARLY TRIBALLEAU
    France
    URL courte
    642533

    Les relations entre la Russie, l’Europe et la Turquie, le nouvel ordre mondial ou encore l’efficacité des institutions internationales existantes, voici quelques-uns des sujets épineux que l’ancien Président français Nicolas Sarkozy a abordés dans son premier grand entretien depuis l’élection d’Emmanuel Macron accordé à l’hebdomadaire Le Point.

    Dans une interview accordée au Point, l'ancien Président de la République française, Nicolas Sarkozy, a donné son sentiment sur de nombreuses questions d'actualité préoccupant la communauté internationale. Parmi elle, l'évolution des relations entre la Russie et l'Europe qui doivent «travailler en confiance», estime-t-il.

    Selon M.Sarkozy, il est nécessaire que les pays européens «tendent la main à la Russie», cette dernière ayant connu des changements d'importance grâce à Vladimir Poutine qui l'a remise «sur le devant de la scène», quels que soient les «désaccords que l'on peut avoir avec lui». Un «beau visage de la Russie» lors de la Coupe du Monde en est un bon exemple.

    «Nous faisons tout pour pousser la Russie dans les bras de la Chine et je le regrette profondément. Les sanctions sont contre-productives. L'Europe et la Russie doivent travailler en confiance. Et le pire est peut-être à venir puisque le Congrès américain envisage d'asphyxier 140 millions de Russes en privant les banques russes d'accès aux financements internationaux. En mesure-t-on les conséquences?»

    Mais outre collaborer avec la Russie, l'Europe doit considérer la Turquie aussi comme son partenaire, réfléchit Nicolas Sarkozy. D'après lui, il importe d'imaginer maintenant une nouvelle organisation «supranationale» qui «rassemblerait trois partenaires fondateurs: l'Europe, la Turquie et la Russie». Pour l'ancien dirigeant français, on instaurerait ainsi un «dialogue politique à haut niveau» et on évoquerait les «questions de sécurité, de terrorisme et de coopération économique».

    «Cette organisation pourrait, dans un second temps, être rejointe par des pays qui, comme l'Ukraine et la Géorgie, ont vocation à être des ponts entre les espaces européen et russe. Ainsi, ils n'auraient plus à choisir entre l'Europe et la Russie, et l'architecture de sécurité de notre continent en sortirait renforcée».

    L'ancien Président français s'est également prononcé sur les institutions internationales qui existent aujourd'hui. Ainsi, l'Onu, le G20 ou l'Otan, doivent être réformés, estime M.Sarkozy.

    «J'ai été frappé de voir qu'à la dernière assemblée générale des Nations unies il n'y avait ni le Président chinois ni le Président russe. Chacun vient pour parler à ses propres journalistes. L'Onu doit être réformée. Le G20, que j'ai créé en 2008, doit également être réformé, car il a de plus en plus de mal à prendre des décisions. Il doit se doter d'un secrétariat général pour assurer le suivi des dossiers. On doit également se poser des questions sur le fonctionnement de l'Otan.»

    Comme l'a souligné l'ex-dirigeant français, il faudrait un système pour «trancher les conflits» entre les différentes institutions mondiales, donc créer une nouvelle infrastructure internationale où l'«Onu jouerait un rôle essentiel».

    «Nous ne sommes pas encore entrés dans le XXIe siècle. Nous entrerons dans notre siècle quand nous nous doterons des institutions internationales du XXIe et abandonnerons celles du siècle précédent», a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Nicolas Sarkozy estime qu’il faut «tendre la main à la Russie»
    En quoi une réforme de l’Onu serait nécessaire, et vers quoi tendrait-elle?
    Ambassadeur suisse: «l’Europe sans la Russie n’est pas l’Europe»
    Tags:
    organisations internationales, partenariat, collaboration, sanctions, relations diplomatiques, Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy, Turquie, Chine, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik