France
URL courte
34234
S'abonner

Les présidentielles au Brésil fin octobre et celles de 2016 aux États-Unis témoignent des difficultés auxquelles font face les démocraties, a déclaré jeudi l’ancien Président français. De nombreux internautes estiment que François Hollande y a sa part de responsabilité.

En faisant référence à l'élection de Jair Bolsonaro au Brésil et de Donald Trump aux États-Unis, François Hollande a crié à un «moment très grave» pour la démocratie lors d'un débat au festival Politikos à Rennes.

«Nous sommes dans un moment très grave pour les démocraties où nous devons nous méfier de ces personnalités qui à un moment embrassent les aspirations d'un peuple», a-t-il lancé.

Selon lui, la France n'est pas non plus à l'abri de ce «phénomène», la démocratie n'étant pas «irréversible».

«Qui aurait pu penser qu'un milliardaire américain n'ayant jamais exercé la moindre fonction publique, le moindre mandat au Congrès puisse devenir le président des États-Unis? Il faut avoir conscience que nos institutions ne nous immunisent pas contre ce type de personnage», a-t-il conclu.

De nombreux internautes estiment que ce sont les hommes politiques français, dont François Hollande lui-même, qui sont responsables de cette situation.

​​​Certains ont indiqué que le populisme n'était pas le pire danger pour la démocratie.

​D'autres ont déclaré que la démocratie n'existait plus du tout.

​​​Néanmoins, une dernière partie est d'accord avec l'ancien Président français. Vous avez raison.

Lire aussi:

Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Le couvre-feu et la Garde nationale à Washington suite aux manifestations devant la Maison-Blanche - vidéos
Un violent incendie se déclare dans un entrepôt de bois à Montreuil - vidéos
Tags:
élections, dictature, démocratie, François Hollande, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook