France
URL courte
46846
S'abonner

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a interpellé six individus soupçonnés d’avoir planifié une action violente contre Emmanuel Macron, a annoncé BFM TV. Ces personnes seraient liées à l'ultra-droite, a précisé à l'AFP une source proche de l'enquête.

Dans la matinée de mardi ont eu lieu six interpellations liées à une enquête sur des menaces à l'encontre du Président Macron, a indiqué la chaîne BFM TV. Une enquête a été ouverte sur un projet d'action violente, «imprécis» et «mal défini».

Dans le cadre d'une opération réalisée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), six personnes ont été interpellées en Ille-et-Vilaine, dans l'Isère et en Moselle. Une enquête préliminaire pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle», a été lancée par le parquet de Paris, précise la chaîne.

Les personnes interpellées sont vraisemblablement des membres de l'ultra-droite, comme l'a appris l'AFP d'une source proche de l'enquête.

«Cette enquête vise un projet, imprécis et mal défini à ce stade, d'action violente», a-t-on ajouté.

Les investigations en cours doivent permettre d'établir la réalité et la nature exacte de cette menace, a précisé l'une des sources proches de l'enquête.

Lundi, lors de l'installation du nouveau directeur de la DGSI Nicolas Lerner, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'est dit faire attention aux menaces venues notamment des «mouvements extrémistes de droite comme de gauche, très actifs sur notre territoire».

 

Lire aussi:

Le 14-Juillet version Covid sur la place de la Concorde comme si vous y étiez
Un CRS lié à deux affaires de violences mène les rangs policiers au défilé du 14 juillet, affirme Libération
Le site militaire FAR-Maroc publie des photos satellites montrant des «bases algériennes» à la frontière - vidéo
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Tags:
menaces, interpellation, projet, Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook