France
URL courte
36922
S'abonner

Les quatre individus arrêtés pour avoir fomenté un projet d'assassinat du Président Macron, sont passés aux aveux. Selon eux, le chef de la République aurait dû être poignardé pendant les commémorations du 11-novembre.

Les quatre personnes arrêtées le 6 novembre par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), ont avoué leur responsabilité dans la tentative d'organiser un assassinat du Président français durant les commémorations du 11-Novembre à Charleville-Mézières (Ardennes), révèle France 2 ce vendredi soir.

Selon eux, Jean-Pierre B., le meneur présumé, prévoyait d'attaquer Emmanuel Macron avec un couteau en céramique lors de son bain de foule.

Cet ancien négociant de 55 ans, originaire de Saint-Georges-de-Commiers (Isère), était sous la surveillance de la DGSI depuis le 31 octobre, en raison de ses échanges sur des messageries cryptées où il se montrait très virulent vis-à-vis d'Emmanuel Macron. Lundi 5 novembre, Jean-Pierre B., accompagné d'un autre homme, a rejoint Bouzonville, en Moselle, où ils ont retrouvé deux autres complices.

Au total, six personnes liées à une enquête sur des menaces à l'encontre du Président Macron, ont été interpellées le 6 novembre dans les départements d'Ille-et-Vilaine, de l'Isère et de Moselle. Plus tard, une femme de 61 ans, arrêtée en Isère, a été relâchée, de même qu'un homme appréhendé en Ille-et-Vilaine.

Lire aussi:

Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Tags:
attaque au couteau, attentat déjoué, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook