Ecoutez Radio Sputnik
    Projet Facets - cours de mode pour les réfugiés

    Facets: quand une école de mode s’implique dans l’intégration des réfugiés

    IFA Paris
    France
    URL courte
    Mike Beuve
    7313

    «Facets», c’est le projet de l’école de mode parisienne IFA Paris, en collaboration avec Emmaüs solidarité et Good Chance Theatre. Ce programme permet à des réfugiés et des migrants de suivre une formation de stylisme pendant trois mois pour faciliter leur intégration. Sputnik est allé sur place. Reportage.

    Comment mettre à profit son expérience professionnelle dans l'industrie de la mode lorsque l'on est réfugié? Si cette question peut paraître surprenante de prime abord, «pour des réfugiés et des migrants», elle prend tout son sens. En effet, l'école de mode parisienne IFA (International Fashion Academy) lance la deuxième édition de son projet «Facets». Cette initiative, réalisée en collaboration avec Emmaüs solidarité et Good Chance Theatre, a pour objectif de faire travailler des réfugiés de concert avec les étudiants de l'école IFA Paris sur une «collection capsule», une mini-collection en série limité.

    L'industrie de la mode étant de plus en plus sensible aux questions environnementales, IFA Paris intègre ce volet à son projet. La future collection sera donc basée sur la technique de l'upcycling, qui consiste à utiliser des matériaux abîmés ou inusités afin de créer de nouvelles pièces, mais en y ajoutant une réelle valeur ajoutée, comme l'explique Marie-Olivia, coordinatrice du projet.

    «Nous collectons auprès d'Emmaüs des pièces non utilisées ou des tissus qui sont débraillés, puis les étudiants travaillent sur le renouvellement de la pièce. Par exemple, avec une chemise, on peut faire un chapeau, avec des chaussures, des accessoires. Ils revisitent tous ces vêtements, ils leur redonnent vie.»

    Projet Facets - IFA Paris
    IFA Paris
    Projet Facets - IFA Paris

     

    L'histoire du projet Facets débute en 2017, lorsqu'une ancienne étudiante IFA, impliquée dans la cause des migrants, assiste aux évènements qui se déroulent alors Porte de la Chapelle, à Paris. «J'ai rencontré des réfugiés et certains d'entre eux avaient une vie avant, ils avaient l'habitude de coudre, de travailler dans l'industrie de la mode. Désormais, ils sont ici, ils ont le talent, mais ils ne peuvent plus l'utiliser, car ils n'ont pas d'endroit pour travailler», se remémore Karen, diplômée IFA. L'idée était donc de mettre à profit ces compétences de manière positive, détaille Marie-Olivia.

    «L'IFA a pris part au projet avec l'une de ses classes. On a monté des binômes, un élève et un réfugié. Ensemble, ils ont choisi des tissus qui rappelaient l'identité, le pays d'origine du réfugié ou simplement pour raconter une histoire. Après trois semaines, ils ont monté un défilé, le "hope walk" qui s'est tenu au sein du dôme Good Chance Theatre, porte de la Chapelle.»

    Un évènement très remarqué puisque des personnalités du monde de la mode, par exemple Agnès B., étaient présentes lors de ce «défilé de l'espoir». Fort de ce succès, l'IFA décide donc de poursuivre la démarche en offrant une session de formation de fashion designer à 10 réfugiés, sur trois mois, à raison d'un atelier par semaine.

    C'est le cas d'Issa*, originaire de Guinée, qui a quitté son pays pour la France, il y a un peu plus d'un an. Avant ce départ pour l'hexagone, il était à la tête d'un atelier spécialisé dans la broderie, employant une quinzaine de personnes. Avec Facets, il veut apprendre les bases du métier de couturier afin de se reconvertir professionnellement.

    «C'est important pour moi de suivre les cours, car c'est le métier […] ça fait maintenant un peu plus d'un an que je suis en France. J'essaie de me convertir sur la couture simple, car la broderie, ça marche plus en Afrique qu'en France.»

    Si le programme Facets revêt une importance particulière pour les étudiants réfugiés, pour Jean-Baptiste Andreani, directeur de l'IFA Paris, c'est également l'occasion de «rattacher les étudiants [du cursus "classique", ndlr] aux problématiques actuelles de leur société, de les faire redescendre sur terre.»

    «C'est une leçon d'humilité. C'est une prise de conscience que l'on est chanceux et justement parce qu'on l'est, c'est notre devoir d'aider les gens qui n'ont pas forcément accès aux aspects matériels ou éducatifs. Il y a un aspect humain qui va au-delà du programme» déclare le directeur de l'IFA.

    Projet Facets - IFA Paris
    IFA Paris
    Projet Facets - IFA Paris


    Au-delà de l'aspect solidaire et ponctuel de la démarche, l'IFA Paris souhaite pérenniser cette initiative, comme l'explique Jean-Baptiste Andreani.

    «Notre objectif est de répéter ce genre de projet, c'est aussi à terme d'étendre notre collaboration en donnant par exemple accès à des migrants ou à des réfugiés, qui ont une expérience considérable en mode, la possibilité d'obtenir certains de nos diplômes via une procédure de VAE [validation des acquis de l'expérience, ndlr].»

    Malgré le fait que ce programme ne soit pas encore diplômant, les étudiants se verront néanmoins délivrer un certificat. Un argument à faire valoir auprès de potentiels employeurs. Et pour cause, durant ce programme, ils bénéficient d'une formation en bonne et due forme. «L'objectif est de donner un socle, une base. Ce sont des compétences qui peuvent être techniques, des compétences créatives, mais encore une fois, ce sont des compétences de départ en patronage, moulage, couture et stylisme» rappelle le directeur de l'IFA.

    Projet Facets - IFA Paris
    IFA Paris
    Projet Facets - IFA Paris


    «Le projet de par sa nature fait que tout le monde, tous ses participants aussi bien nos étudiants que les migrants, les réfugiés, ont la liberté de pouvoir intégrer ce qu'ils veulent dans leur design et donc de pouvoir exprimer leur point de vue, de montrer qu'ils ont une voix» s'enthousiasme Jean-Baptiste Andreani.

    La mode en URSS: sur le podium et ailleurs
    © Sputnik . Vasily Malyshev
    Et d'ajouter,

    «Ils ont une totale liberté créative, le seul mot d'ordre c'est de dire que vous avez la chance de pouvoir vous exprimer via ce projet […] saisissez-là pour véhiculer un message important.»

    À la fin de ces sessions, les étudiants réfugiés pourront en effet mettre en valeur leur créativité et originalité en présentant le fruit de leur travail lors du festival Open Mode. Un évènement officiel qui se déroulera le 15 décembre à la Villette.

    *Le prénom a été modifié

    Lire aussi:

    Journée mondiale des réfugiés: Hidalgo dénonce des «lâchetés» sur la question migratoire
    L’armée allemande forme des réfugiés pour reconstruire la Syrie
    Les étudiants étrangers paieront plus cher leur scolarité: «c’est une mesure injuste»
    Tags:
    stylisme, étudiants étrangers, intégration, étudiants, défilé de mode, solidarité, projet, migrants, mode, réfugiés, Good Chance Theatre, IFA Paris, Emmaüs, Ile-de-France, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik