France
URL courte
Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)
12022
S'abonner

Près de 136.000 personnes ont participé samedi à l'acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes, soit un nombre pratiquement équivalent à celui du 1er décembre. Au total, 1.723 personnes ont été interpellées, selon la place Beauvau.

La quatrième journée de mobilisation des Gilets jaunes a donné lieu samedi à au moins 1.723 interpellations dans toute la France, dont 1.220 gardes à vue à travers la France, a annoncé ce dimanche matin le ministère de l'Intérieur.

Quelque 136.000 personnes ont participé à cette nouvelle journée de mobilisation, soit le même nombre que le 1er décembre, a précisé la place Beauvau.

À Paris, les forces de l'ordre ont procédé à un nombre record de 1.082 interpellations samedi, selon les chiffres de la préfecture de Paris, dimanche.

Ce bilan est en très nette hausse par rapport à la précédente mobilisation du 1er décembre au cours de laquelle 412 personnes avaient été interpellées.

Dans la capitale, la mobilisation des Gilets jaunes a fait «beaucoup plus de dégâts» matériels que celle du 1er décembre, a estimé dimanche Emmanuel Grégoire, 1er adjoint de la maire PS Anne Hidalgo.

«Le secteur concerné par les incidents était beaucoup plus important (…). En ayant moins de barricades, il y a eu beaucoup plus de dispersion, donc beaucoup plus de lieux impactés par des violences», a-t-il expliqué sur France Inter.

Des tirs de gaz lacrymogènes aux abords des Champs-Élysées et des vitrines brisées ont été recensés à Paris mais aussi des heurts et dégradations à Bordeaux, Toulouse, Marseille et encore à Nantes suivis toujours de blocages sur les routes. 

Dossier:
Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)

Lire aussi:

Il fonce sur les gendarmes dans le Gard en projetant leur véhicule huit mètres plus loin
Couvre-feu à 18h: «On a le droit de déroger, alors faisons-le», lance un maire breton
Le Drian: «Il est urgent de dire à l'Iran que cela suffit»
Tags:
gilets jaunes, interpellation, Christophe Castaner, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook