France
URL courte
35526
S'abonner

Au lendemain de l’annonce par Emmanuel Macron des concessions faites aux Gilets jaunes, le commissaire européen à l’économie a déclaré que la Commission européenne suivra «avec attention» les dépenses publiques françaises. L’Élysée assure, à son tour, avoir un «peu de marge» budgétaire.

Le commissaire européen à l'économie, Pierre Moscovici, a déclaré ce mardi que Bruxelles surveillera le projet de dépense budgétaire français après l'annonce par Emmanuel Macron des mesures visant à satisfaire les demandes des membres du mouvement des Gilets jaunes.

«La Commission européenne suivra avec attention l'impact des annonces faites par le Président Macron sur le déficit français et leurs modalités de financement», a-t-il précisé à l'AFP dans un couloir du Parlement européen à Strasbourg.

Respecter la discipline budgétaire imposée par l'UE, selon laquelle le déficit ne doit pas dépasser 3% du PIB, était primordial pour le Président français qui voulait ainsi gagner la confiance de Berlin dans son projet de réformes européennes.

Selon l'Élysée, la France dispose d'un «peu de marge» budgétaire et les annonces de M.Macron ne «remettent pas en cause la maîtrise de la dépense publique». Avant le début des manifestations des Gilets jaunes, le déficit public n'était pas censé dépasser 2,8% du PIB en 2019. Si la France n'arrive pas à maintenir son déficit sous la limite européenne, elle risque de se retrouver à nouveau dans le collimateur de Bruxelles et ce un an à peine après être sortie de la procédure européenne de déficit excessif.

Dans son adresse à la Nation prononcée lundi soir, Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures comme la hausse de 100 euros par mois du SMIC à partir de 2019 et l'annulation de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). Il a également encouragé les employeurs à verser à leur personnel une rémunération complémentaire à la fin de l'année qui sera «défiscalisée».

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
gilets jaunes, déficit budgétaire, Emmanuel Macron, Pierre Moscovici, Bruxelles, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook