France
URL courte
16428
S'abonner

Une raillerie sur l’allocution d’Emmanuel Macron pourrait coûter cher. Une professeure de lycée à Dijon a provoqué des discussions ardentes sur la Toile en publiant sur un site d’information local un texte où elle qualifie le Président de «commercial arrivé au pouvoir par le pouvoir des urnes funéraires».

«Emmanuel Macron est terne, Emmanuel Macron est vieux, Emmanuel Macron n'est pas un Président. Emmanuel Macron est un commercial arrivé au pouvoir par le pouvoir des urnes funéraires», a écrit Sophie Carrouge, une professeure du lycée Le Castel à Dijon, dans son texte sur le site d'information local dijoncter.info, commentant avec ironie l'allocution du 12 décembre du Président de la République.

Cela a d'abord fait réagir le rectorat puis le Net. L'Éducation nationale a rappelé son devoir de réserve à l'enseignante qui concerne tous les fonctionnaires en France.

Lors de la convocation de la professeure au rectorat, un rassemblement d'élèves et de leurs parents a été organisé devant l'établissement en soutien à Sophie Carrouge. Cette histoire est aussi activement discutée sur la Toile où les internautes se sont divisés sur la réaction du rectorat au papier de Mme Carrouge.

Les plus nombreux parmi ceux qui se sont exprimés sont les personnes qui soutiennent la professeure dans ses ressentis et en soulignant, en plus, l'excellence de sa plume.

De nombreux internautes évoquent le problème de la liberté d'expression. Ils se posent la question de savoir s'il y a encore de la place pour cela dans leur pays?

Ensuite, certaines personnes voient derrière cet acte du rectorat des enjeux politiques aux deux poids, deux mesures, quand seulement les opinions qui ne conviennent pas aux dirigeants sont étouffées.

De plus, quelques-uns se rappellent avec une sorte d'ironie le hashtag #LaDictatureEnMarche en se référant au parti du Président de la République.

Enfin, il y a aussi le camp de ceux qui soutiennent le rectorat dans sa démarche et considèrent que les professeurs doivent enseigner et ne pas s'engager en politique.

En guise de conclusion, aucune sanction n'a donc été appliquée par le rectorat à la professeure. Mais il n'a pas manqué de rappeler à Sophie Carrouge que la critique de sa hiérarchie ne devait pas avoir lieu parmi les fonctionnaires, relate France Info.

Lire aussi:

Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Tags:
allocution télévisée, ironie, société, liberté d'expression, droits, critiques, lycée, professeur, Emmanuel Macron, Dijon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook