Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre BenallaAlexandre Djouhri

    Que sait-on des rencontres à Londres entre Alexandre Benalla et Alexandre Djouhri?

    © AFP 2019 Thomas SAMSON © AFP 2019 Tolga Akmen
    1 / 2
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (194)
    11927
    S'abonner

    Après avoir d’abord démenti avoir eu une entrevue à Londres avec Alexandre Djouhri, un Franco-algérien soupçonné d’être lié à l’affaire du financement présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye, Alexandre Benalla a finalement reconnu l’avoir vu, d’après la presse française. Qui plus est, plusieurs rencontres auraient eu lieu.

    Alexandre Benalla, ancien chargé de mission à l’Élysée dont le nom a fait la Une des journaux l’été dernier après le scandale qu’a déclenché la mise en ligne d’une vidéo le montrant frapper un manifestant, a rencontré à Londres à plusieurs reprises «l’homme d’affaires le plus sulfureux de la Sarkozie» Alexandre Djouhri, révèlent plusieurs organes de presse français.

    «Alexandre Benalla semble s’être lancé dans les affaires internationales. L’ex-conseiller a ainsi rencontré plusieurs fois l’intermédiaire Alexandre Djouhri à Londres, ville où l’homme d’affaires franco-algérien a été interpellé en janvier et attend sa décision d’extradition vers la France», lit-on dans une publication parue lundi dans Le Monde. Et si le quotidien n’en livre pas les détails, il n’est pas le seul à parler des contacts entre les deux hommes.

    Ainsi, une publication parue le 19 décembre dans Mediapart affirmait également que les deux Alexandre – qui avaient auparavant nié s’être rencontrés le 5 septembre à Londres – «se sont vus à plusieurs reprises ces dernières semaines». Ce site d’actualité s’appuie d’ailleurs sur une confirmation faite par Alexandre Benalla lui-même et souligne que ces rencontres ont coïncidé avec le rapprochement entre le Président de la République et Nicolas Sarkozy. Ce dernier a même représenté la France lors de l’investiture de la nouvelle Présidente géorgienne très récemment.

    Le média précise que les deux hommes se sont vus «au restaurant, dans un bar privé ou dans les salons d’un hôtel de prestige où Djouhri a ses quartiers» et qu’Alexandre Benalla est convaincu de «sa supposée non-implication dans l'affaire libyenne».

    Qu’est-ce qui les lie? Difficile de répondre dans l’immédiat. Mediapart écrit qu’Alexandre Benalla «nourrit une vraie fascination pour Djouhri» qui est comme lui «d’extraction populaire» et qui a «fréquenté les ors de la République». Le reste de l’histoire n’est pas encore clair. Par contre, une autre «coïncidence» a récemment été révélée par Le Monde. Se référant à ses sources, le quotidien a informé que quelques jours avant la visite d’Emmanuel Macron au Tchad, Alexandre Benalla s'est lui aussi rendu dans ce pays où il a rencontré un frère du Président Déby. Toutefois, le Président de la République a plus tard indiqué que M.Benalla ne représentait pas la France.

    Alexandre Djouhri est suspecté de «détournements de fonds publics» et de «corruption». Il a été interpellé le 7 janvier dernier à l'aéroport de Londres Heathrow et ce après avoir refusé de répondre aux convocations des juges en France. Il a ensuite été libéré sous caution.

    Alexandre Benalla, chef de cabinet adjoint du Président Macron, a été mis en examen en juillet pour violences, plusieurs images tournées le 1er mai 2018 le montrant en train de frapper des manifestants place de la Contrescarpe à Paris. La présidence a d’abord caché les violences exercées par M.Benalla, avant de le démettre de ses fonctions. Alexandre Benalla est actuellement mis en examen pour «violences volontaires», «port prohibé et sans droit d’insignes réglementés par l’autorité publique» et «recel d’images issues d’un système de vidéoprotection», ce qui ne l’empêche visiblement pas d’effectuer des déplacements à l’étranger.

    Dossier:
    Affaire Benalla (194)
    Tags:
    rencontre, Mediapart, Le Monde, Alexandre Djouhri, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Libye, Londres, Tchad, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik