Ecoutez Radio Sputnik
    Le Palais de l'Elysée

    «Quelque chose à révéler»: le président de l’UDI s'inquiète du communiqué de Benalla

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (194)
    56532
    S'abonner

    Alexandre Benalla a «quelque chose à révéler», estime Jean-Christophe Lagarde, président des députés UDI. Sollicité par LCI, ce dernier a commenté la réaction de l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron aux propos de l’Élysée sur son déplacement au Tchad.

    Jean-Christophe Lagarde, président des députés UDI, a qualifié de «gênant» le communiqué d'Alexandre Benalla dans lequel il explique son voyage au Tchad, rapporte LCI.

    «Ce que je trouve gênant dans cette affaire c'est la réaction de M.Benalla. Il menace l'Élysée et le Président de la République comme s'il avait quelque chose à révéler et ça, c'est malsain», a déclaré M.Lagarde.

    Tandis que de nombreux internautes sont d'accord avec le fait que l'ancien conseiller d'Emmanuel Macron a «quelque chose à révéler», d'autres estiment qu'aucun «protagoniste» de cette affaire «ne paraît sincère».

    ​Certains ont fait remarquer l'absence de la réaction du Président français.

    ​D'autres indiquent que ce qui est vraiment «gênant», c'est le fait qu'Alexandre Benalla pouvait se déplacer librement à l'étranger.

    ​Dans un article publié le 24 décembre, Le Monde affirme qu'Alexandre Benalla, mis en examen pour «violences volontaires», s'est rendu au Tchad juste avant le Président français et y a rencontré Oumar Déby, directeur général de la Réserve stratégique tchadienne et frère du Président Idriss Déby. Le journal cite notamment la réaction de l'Élysée, qui a pris ses distances avec M.Benalla.

    Dans un communiqué transmis mercredi à l'AFP, l'ancien conseiller du Président français a qualifié de «diffamatoires», «calomnieux» et «irresponsables» les propos tenus par l'Élysée, qui affirmait qu'il n'était en «aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel» et qu'une enquête interne avait été diligentée pour savoir s'il avait pu «profiter de son titre» à des fins personnelles lors de son déplacement au Tchad.

    Dossier:
    Affaire Benalla (194)
    Tags:
    communiqué, menaces, Alexandre Benalla, Jean-Christophe Lagarde, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik