Ecoutez Radio Sputnik
    Florian Philippot

    Florian Philippot dépose la marque «Les Gilets jaunes» en vue des européennes

    © AP Photo / Mathieu Cugnot
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (403)
    35332

    Le président des Patriotes, ancien cadre du Front National, a déposé la marque Les Gilets jaunes. Selon l’Opinion, il s’agit d’une stratégie de M.Philippot en vue des élections européennes, où il entend déposer une «liste hybride» et élargir ainsi élargir la base de ses soutiens.

    Le leader des Patriotes, Florian Philippot, qui a déposé le 30 novembre à l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) la marque «Les Gilets jaunes», a expliqué au quotidien l'Opinion qu'il voulait conduire une «liste hybride» avec les Gilets jaunes aux élections européennes de mai 2019.

    «On vise à constituer une liste hybride, mi-Patriotes mi-Gilets jaunes», affirme-t-il.

    Selon son collaborateur, Joffrey Bollée, le programme des Patriotes est «100 % compatible avec les revendications des Gilets jaunes». Il a ajouté que le dépôt de la marque «Les Gilets jaunes» constituait «une précaution dans la perspective des européennes».

    Contactée par franceinfo, l'Inpi indique ne pas commenter les dossiers en cours et précise que le traitement des dossiers prend en général trois à quatre mois.

    L'Opinion indique que le parti fondé par l'ancien bras droit de Marine Le Pen peut ainsi élargir la base de ses soutiens. Pour le moment, d'après un récent sondage d'Odoxa, il récolte péniblement 1 % d'intentions de vote. Le rapprochement avec les Gilets jaunes l'aiderait à recueillir 8% des suffrages aux élections européennes.

    Ce n'est pas le premier parti politique qui tend la main aux Gilets jaunes. Mais, selon Florian Phillipot, il faut «faire en sorte que les vrais amis des Gilets jaunes disposent de l'appellation, et pas les faux amis ou les ennemis». Néanmoins, comme le souligne l'Opinion, les Gilets jaunes eux-mêmes ne rangent pas les politiques parmi leurs «amis».

    Face à la taxe sur la hausse des prix du carburant, qui frappe surtout le diesel, de nombreux Français sont descendus dans les rues depuis le 17 novembre 2018. Les mobilisations des Gilets jaunes ont régulièrement dégénéré en affrontements entre manifestants et forces de l'ordre.

    Le 22 décembre, les Gilets jaunes ont de nouveau mobilisé leurs troupes pour un sixième samedi consécutif de manifestations. De multiples rassemblements dans un climat plus ou moins tendu ont réuni 38.600 personnes en France à 18h00, contre 66.000 le samedi précédent à la même heure, selon le ministère de l'Intérieur. Ces chiffres font l'objet de polémiques.

    Le gouvernement a affiché lundi sa «détermination à ramener l'ordre», après plusieurs semaines de manifestations émaillées de violences, misant sur une pause de la mobilisation durant les fêtes de fin d'année.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (403)

    Lire aussi:

    Européennes: ces partis sont-ils de «vrais» ou de «faux» amis des Gilets jaunes?
    Les Gilets jaunes mettent au point leur acte 10 sur Facebook
    Gilets jaunes: «Édouard Philippe verse une citerne d’huile sur le feu de la révolte»
    Tags:
    gilets jaunes, vote, élections, Rassemblement national (RN), Front national (FN), Florian Philippot, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik