France
URL courte
270
S'abonner

Emporté par une avalanche dans une station de sports d’hiver savoyarde, un garçon a passé 40 minutes sous une avalanche. Bien que les chances de survie dans des cas pareils soient assez faibles, l’enfant a été retrouvé vivant par l’un des chiens des secouristes qui ont qualifié ce sauvetage de «miracle».

Un enfant a été retrouvé vivant mercredi après avoir passé une quarantaine de minutes enseveli sous une avalanche, ont fait savoir les secours en montagne, cités par l'AFP.

L'accident a eu lieu alors que le garçon skiait sur un secteur hors-piste de la station de La Plagne, en Savoie. Âgé de 12 ans, l'enfant venait de quitter une piste balisée de la station en compagnie de ses parents lorsqu'il a été emporté peu après 14h00 par une coulée de 150 mètres sur 200 mètres qui s'est déclenchée à 2.400 mètres d'altitude.

L'enfant a été retrouvé conscient une quarantaine de minutes plus tard par un chien des secouristes du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Courchevel, qui sont intervenus en relais des pisteurs de la station, arrivés sur place peu après l'accident pour sonder la neige.

«C'est un miracle car il ne portait pas de détecteur de victimes d'avalanches (DVA). Les chances de survie sont infimes après 15 minutes sous la neige. Il a eu beaucoup de chance que le chien ait marqué à un endroit», ont souligné les secours.

Le jeune garçon s'en tire avec une jambe cassée. Il a été transporté à l'hôpital de Grenoble où il a été placé en observation.

Lire aussi:

Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Tags:
chien de service, garçon, montagnes, miracle, secouristes, avalanche, neige, Savoie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook