France
URL courte
8231
S'abonner

Le journaliste Guillaume Tatu a déposé une plainte pour «discrimination» contre le président de l'Assemblée nationale qui avait restreint son accès à son compte Twitter.

Bloqué sur Twitter par Richard Ferrand depuis septembre 2018, le journaliste indépendant Guillaume Tatu a déposé auprès du procureur de la République de Paris une plainte pour «discrimination» contre le président de l'Assemblée nationale, qui porte selon lui atteinte à sa liberté d'être informé.

Le journaliste explique ce blocage par le fait d'avoir relayé sur les réseaux sociaux des articles de presse évoquant l'affaire des Mutuelles de Bretagne, dans le cadre de laquelle M.Ferrand est visé par une information judiciaire. Pour l'avocat du journaliste Arash Derambarsh cité par Le Parisien, la «seule et unique» raison en est que le responsable «n'apprécie pas les informations négatives à son encontre ainsi que les critiques».

Me Derambarsh souligne que Richard Ferrand, qui compte plus de 56.000 abonnés sur Twitter, «utilise et diffuse sur ce réseau social comme un média à part entière», d'où vient le délit présumé de discrimination «fondée sur des opinions politiques».

Toujours d'après lui, d'autres journalistes ou certaines organisations syndicales, dont la CGT, ont également été bloqués par le président de l'Assemblée nationale.

Les internautes ont vivement réagi à l'affaire:

Lire aussi:

Сoronavirus: un cinquième cas confirmé en France, deux patients en réanimation
«Wallah tu vas plus rigoler»: une femme violemment agressée par un individu dans le métro de Paris – vidéo
Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Tags:
blocage, réseaux sociaux, discrimination, CGT, Assemblée nationale française, Guillaume Tatu, Richard Ferrand, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik