Ecoutez Radio Sputnik
    L'acte 8 des Gilets jaunes à Paris

    «La colère est montée en moi»: le boxeur filmé frappant des gendarmes s'explique (vidéo)

    © Sputnik . Julien Mattia
    France
    URL courte
    7419011

    Après que la scène montrant le boxeur Christophe Dettinger, selon la presse française, frapper des gendarmes, a fait le tour des réseaux sociaux, celui-ci a donné sa version de ce qui s’était passé sur Facebook.

    Le boxeur qui a donné des coups de poing à des gendarmes lors de l'acte 8 de la mobilisation des Gilets jaunes et identifié comme Christophe Dettinger par les médias a présenté dans une vidéo sur Facebook sa version des faits. Ayant participé à toutes les manifestations du samedi des Gilets jaunes, il dit avoir réagi aux débordements et à la répression qu'il a vus.

    «J'ai vu la répression qu'il y a eu, j'ai vu la police nous gazer, j'ai vu la police faire mal à des gens, avec des flashballs, j'ai vu des gens blessés, des retraités se faire gazer, j'ai vu plein de trucs», a-t-il confié sur Facebook.

    Sa famille et lui ont été gazés également. «À un moment, la colère est montée en moi et oui, j'ai mal réagi. Mais je me suis défendu», a-t-il affirmé.

    Indigné par les actions du gouvernement qui ne sait pas «montrer l'exemple», il déplore que «ce sont toujours nous, les petits, qui payons».

    «Moi, je suis un citoyen normal, je travaille, j'arrive à finir mes fins de mois, mais c'est compliqué. Mais je manifeste pour les retraités, le futur de mes enfants, les femmes célibataires. […] Voilà, je suis un Gilet jaune, j'ai la colère du peuple qui est en moi.»

    Dans les commentaires, nombreux ont été les utilisateurs qui ont exprimé leur soutien à Christophe Dettinger. Lundi, le boxeur s'est présenté à la police et a été placé en garde à vue.

    Cet affrontement entre le boxeur et les gendarmes mobiles s'est produit au cours du huitième acte des manifestations des Gilets jaunes qui s'est déroulé à Paris, ainsi que dans d'autres villes françaises. Dans la capitale, la mobilisation a été émaillée de heurts entre manifestants et forces de l'ordre. D'après le ministre français de l'Intérieur, celle-ci a rassemblé environ 50.000 personnes à travers la France, contre 32.000 la semaine dernière.

    Les deux gendarmes agressés samedi sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor à Paris se sont vus prescrire, respectivement, 15 et deux jours d'incapacité totale de travail (ITT) et ont porté plainte.

    Le suspect a été identifié par les services de la Direction opérationnelle des services techniques et logistiques de la préfecture de police de Paris. Mais son identité n'a pas été officiellement communiquée.

    Selon les médias, il s'agit d'un certain Christophe Dettinger, fonctionnaire territorial dans une mairie de l'Essonne. Il a été champion de France entre 2007 et 2009, notamment champion des poids lourds-légers (90 kg). Il est monté 23 fois sur le ring dans le monde professionnel, gagnant 18 fois et ayant connu quatre défaites et un nul.

    Lire aussi:

    Le Conseil de sécurité de la Russie commente la réforme de Schengen proposée par Macron
    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Tags:
    gilets jaunes, boxeur, gendarmes, témoignage, vidéo, émeutes, Christophe Dettinger, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik