Ecoutez Radio Sputnik
    paris

    Grand débat national: les maires de France y voient «une manœuvre d’enfumage»

    CC0 / Pexels
    France
    URL courte
    Grand débat national en France (2019) (53)
    9201
    S'abonner

    Ne disposant d’aucune information sur la nature du grand débat national promis par Emmanuel Macron puis le gouvernement, les maires de France se disent n’y être engagés «en aucun cas», y voyant «une manœuvre d’enfumage», a expliqué sur franceinfo le vice-président de l'Association des maires de France, André Laignel.

    Le vice-président de l'Association des maires de France (AMF), André Laignel, a expliqué, dans un entretien accordé à franceinfo, quelle était leur attitude envers le grand débat national annoncé par le Président de la République et le gouvernement.

    André Laignel a indiqué que les maires de France ne possédaient aucune information concernant le débat à venir. C'est pourquoi il n'est pas en mesure de dire s'il partage l'optimisme du Premier ministre avant le lancement de cette consultation nationale:

    «À partir de là, vous conviendrez que les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être à quelque niveau que ce soit co-organisateurs», a-t-il lancé.

    Il a également souligné que chaque maire ne participerait au grand débat national qu'en tant que citoyen.

    Répondant à la question de savoir si les maires n'avaient pas la volonté de servir les intérêts d'Emmanuel Macron, André Laignel a estimé qu'ils avaient le sentiment qu'il s'agissait d'«une manœuvre d'enfumage» et de «noyer les revendications qui sont apparues au niveau des Gilets jaunes et de la société dans son ensemble». D'après André Laignel, il ne serait pas possible d'apporter des solutions à certains problèmes:

    «Sur l'ensemble des sujets qui sont au cœur de la crise sociale que nous vivons, les réponses appartiennent à l'État. L'État essaie de se défausser, c'est son affaire, mais nous n'avons aucune raison, dans ce domaine, d'être les supplétifs de l'État.»

    André Laignel a pointé du doigt le fait qu'Emmanuel Macron avait raté l'occasion de rencontrer plus de 10.000 maires et n'était pas venu au 101e congrès des maires qui s'est tenu du 20 au 22 novembre 2018:

    «Les élus locaux sont boudés, pour ne pas dire méprisés par le Président de la République. Maintenant il […] va faire sa caravane publicitaire, faire son tour de France, non pas pour rencontrer les Gilets jaunes, ce qui serait d'actualité pour un tour de France, mais pour rencontrer les maires qu'il a snobés au moment du congrès des maires de France».

    Emmanuel Macron n'a pas répondu à la demande d'ouverture de véritables négociations que lui avait alors faite François Baroin, président de l'AMF, et André Laignel, a estimé que:

    «C'est une totale incohérence et c'est surtout une volonté de communication, de campagne et non pas un véritable débat sérieux sur lequel quelque chose pourrait déboucher.»

    Lors des vœux qu'il a présentés le 31 décembre, Emmanuel Macron s'est engagé à rapidement «préciser les attentes du grand débat national» dans une «lettre aux Français» dont plusieurs médias indiquaient la semaine dernière qu'elle serait diffusée dans la presse et sur les médias sociaux à la mi-janvier.

    Dossier:
    Grand débat national en France (2019) (53)
    Tags:
    maire, Emmanuel Macron, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik