Ecoutez Radio Sputnik
    Un scientifique (image d'illustration)

    En France, rappels de lots d’antihypertenseurs pouvant contenir des cancérogènes probables

    © AP Photo / Wong Maye-E, File
    France
    URL courte
    202530
    S'abonner

    Des lots de médicaments antihypertenseurs à base d'irbésartan, qui sont susceptibles de contenir deux substances classées cancérogènes probables, ont été rappelés partout en France vendredi 11 janvier, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament.

    Le médicament contre l'hypertension à base d'irbésartan du laboratoire Arrow Génériques a fait l'objet de rappel de lots vendredi 11 janvier en France, relate l'AFP. Les antihypertenseurs à base d'irbésartan, ainsi qu'à base d'un autre composé de la même famille des sartans, le valsartan, sont susceptibles d'être concernés par la présence de NDEA ou de NDMA qui sont classés cancérogènes probables par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

    Le laboratoire Arrow Génériques a réalisé des contrôles sur des lots de médicaments à base d'irbésartan qui ont révélé la présence de NDEA à des taux supérieurs aux limites acceptables, d'où le «rappel des lots non conformes», note l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans un communiqué, cité par l'AFP.

    Une liste de tous les médicaments à base de sartans est disponible sur le site de l'ANSM. De plus, des alternatives thérapeutiques à ces substances existent de nos jours, selon cette dernière.

    Des contrôles continuent d'être réalisés sur les médicaments à base de sartan déjà présents sur le marché. En même temps, l'ANSM déconseille d'arrêter brusquement le traitement avec ces médicaments sans avis médical. Les patients, sans interrompre leur traitement, peuvent vérifier auprès d'un pharmacien si leur boîte d'irbésartan est concernée. Si c'est le cas, le pharmacien leur remettra une boîte pour la remplacer.

    Enfin, l'ANSM appelle les laboratoires à intensifier leur production de médicaments alternatifs qui pourrait permettre une meilleure disponibilité des sartans sur le marché français.

    «Il a été décidé, au niveau européen, que des contrôles en NDEA et NDMA soient conduits directement sur les matières premières avant toute mise en production des médicaments à base de sartan, dès le 1er janvier 2019», indique l'ANSM dans un communiqué publié sur son site.

    En France, des rappels de valsartan ont été organisés en juillet, août, septembre, novembre et décembre 2018.

    Tags:
    patients, hypertension, rappel, laboratoire, médicaments, médecine, santé, cancer, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik