France
URL courte
Grand débat national en France (2019) (54)
38153
S'abonner

Un retraité du Val-d’Oise qui voulait participer au grand débat national a été fortement surpris de recevoir la visite d’agents du renseignement après avoir adressé une lettre au préfet contenant une synthèse de ses réflexions, selon Le Parisien.

À sa grande surprise, un retraité du Val-d'Oise qui voulait participer au grand débat national s'est vu subir un interrogatoire des services de renseignement, relate Le Parisien.

«Ils disent que le débat est ouvert à tous, mais derrière on est fliqué…», a-t-il commenté.

Jacques D., un retraité septuagénaire de Mériel, fait partie d'un petit groupe sur les réseaux sociaux intéressé par l'actualité politique. Un autre groupe s'est formé en son sein après l'émergence du mouvement des Gilets jaunes, «les gilets jaunes solidaires du Val-d'Oise», et Jacques a voulu faire remonter une synthèse des réflexions de ce groupe.

«À l'époque (en décembre) la mairie n'avait pas encore mis de cahier à disposition. Je me suis dit qu'il n'y avait qu'un seul moyen officiel de s'exprimer, en transmettant directement à la préfecture», a-t-il expliqué ajoutant qu'il n'avait jamais manifesté avec les Gilets jaunes.

La semaine dernière, il a reçu un appel émanant du service départemental du renseignement territorial. Il lui a été demandé de venir se présenter à leur bureau ou bien de recevoir leur visite à son domicile.

C'est une simple lettre de quatre pages adressée au préfet du Val-d'Oise et lui demandant de la transmettre au Premier ministre qui a tout déclenché.

Deux agents sont venus à son domicile pour lui poser des questions pendant une heure et demie.

La préfecture a jugé cette démarche «normale» auprès du Parisien expliquant que les doléances émanaient d'un groupe qu'elle ne connaissait pas et que comme tout mouvement sociétal, il est suivi par les renseignements d'autant plus qu'il n'y a pas eu de convocation et que c'était une simple invitation à une rencontre.

Dossier:
Grand débat national en France (2019) (54)

Lire aussi:

Nuit de chaos à Argenteuil, des policiers visés par des tirs de mortiers - vidéos
Un 4e État américain autorise la formation des pelotons d'exécution
Vinnik, programmeur russe, jugé en appel: «on a pris pour argent comptant les éléments envoyés par le FBI»
Nouvelle étape du déconfinement en France: ce qui change à partir du 19 mai
Tags:
services secrets, gilets jaunes, Val-d'Oise
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook