France
URL courte
19691
S'abonner

D’après une publication parue dans Le Monde jeudi 17 janvier, le député LR Olivier Marleix a demandé au parquet de Paris d’enquêter sur l’affaire de la vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric et notamment sur un «acte de corruption» dont aurait bénéficié Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie.

Emmanuel Macron, qui occupait en novembre 2014 le poste de ministre de l’Économie, aurait bénéficié d’un «acte de corruption» commis lors de la vente de la branche énergie d’Alstom au géant américain General Electric, suppose Olivier Marleix, ancien président de la commission d’enquête parlementaire et député LR qui a saisi le 17 janvier le parquet de Paris au titre de l’article 40, informe Le Monde.

Le quotidien a pu consulter la lettre de quatre pages que l’élu a adressée au procureur. Le député s’interroge sur ce point ainsi que sur les causes de l’absence de poursuites pénales contre Alstom en France «alors que l’entreprise a reconnu des faits de corruption dans plusieurs pays entre 2000 et 2011». 

Dans son commentaire au journal, Olivier Marleix député explique:

«Depuis la fin de la commission d’enquête parlementaire en avril 2018, ces questions me taraudent. Il faut y répondre et c’est pourquoi je transmets au parquet l’ensemble des informations et des documents en ma possession».

Pour sa part, l’AFP écrit que le député dit avoir découvert des gens qui semblent avoir eu un «intérêt à l'aboutissement de ces ventes», notamment à titre de conseil, parmi les donateurs et organisateurs des levées de fonds organisées pour la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron.

«Le fait que l'on puisse retrouver dans la liste des donateurs ou des organisateurs de dîners de levée de fonds des personnes qui auraient été intéressées (à ces ventes) ne peut qu'interroger. S'il était vérifié, un tel système pourrait être interprété comme un pacte de corruption», cite l’AFP, relayant les propos du député LR Olivier Marleix adressés à Reuters.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
lettre, parquet, corruption, General Electric, Alstom, Olivier Marleix, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook