Ecoutez Radio Sputnik
    La salle des fêtes de l'Élysée

    La déco de la salle des fêtes de l'Élysée après des travaux de 500.000 euros (photos)

    © AFP 2019 Michel Euler / POOL / AFP
    France
    URL courte
    52380

    Après six semaines de travaux engagés par la Première dame française et ayant coûté environ 500.000 euros, la salle des fêtes de l'Élysée a été dévoilée au public. De nombreux internautes ont déjà commenté cette nouvelle déco en la qualifiant de «fade».

    La salle des fêtes de l'Élysée rénovée a été finalement dévoilée au public vendredi 1er février à l'occasion d'un grand débat avec des élus d'Outre-mer. D'après les photos qui montrent la nouvelle décoration, cette salle où se déroulent de nombreux évènements, dont l'investiture de chaque Président de la République, est devenue moins pompière.

    Elle a notamment délaissé sa moquette rouge, ses rideaux à pompons et ses tapisseries des Gobelins.

    Comme l'explique l'architecte Isabelle Stanislas, le chantier avait pour but de remettre de la lumière dans cet espace ainsi que de remplacer les textiles usés.

    Les travaux engagés par Brigitte Macron ont duré six semaines et ont été achevés le 17 janvier. Le coût de cette rénovation s'élève à 500.000 euros. D'après le site de la présidence française, la restauration a été financée par le budget d'investissement de la Présidence, dont les bénéfices de la boutique de l'Élysée lancée en septembre dernier.

    De nombreux internautes ne semblent toutefois pas apprécier la nouvelle déco qu'ils qualifient de «fade».

    ​​​Certains plaisantent en estimant que le chantier ne serait toujours pas achevé.

    Lire aussi:

    Des artisans ayant travaillé à Notre-Dame déclarent ne pas arriver à comprendre l’incendie
    Un CRS matraque une Gilet jaune à la tête et la laisse inconsciente au sol (vidéo)
    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Tags:
    restauration, Elysée, Brigitte Macron, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik