Ecoutez Radio Sputnik
    Laurent Wauquiez

    «Aucune garantie qu'ils iront en prison»: Wauquiez opposé au retour des djihadistes

    © AP Photo / Thibault Camus
    France
    URL courte
    15201

    Alors que Christophe Castaner justifie le rapatriement des djihadistes français en indiquant que «ce sont des Français avant d’être des djihadistes», le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez s’est dit opposé à leur retour, en appelant à «la sécurité des Français».

    «La priorité, c'est la sécurité des Français», a expliqué dimanche le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez, réaffirmant son opposition catégorique au retour des djihadistes français détenus en Syrie et en Irak.

    «On sait que même s'ils passent devant la justice, on n'a aucune garantie qu'ils iront en prison. Que même s'ils vont en prison, on sait très bien qu'avec le système de remise de peine on peut aboutir ensuite à relâcher dans la nature des barbares, et prendre la responsabilité immense que ces gens contribuent ensuite à organiser des attentats sur le sol français», a argumenté M.Wauquiez.

    «Pourquoi ne pas les confier à la justice en Irak? Pourquoi ne pas les confier à la justice en Syrie? Pourquoi ne pas faire des déchéances de nationalité? Il y a des solutions qui existent, ce sont ces solutions que je demande au gouvernement de prendre», a-t-il insisté, cité par l'AFP.

    Près de 130 djihadistes français détenus dans des camps en Syrie, sous surveillance kurde, retrouveront prochainement leur sol natal pour y être jugés, en raison du retrait des États-Unis et de l'instabilité dans la région, a annoncé Christophe Castaner sur BFM TV, le 29 janvier. Les rapatriements se feront par avion. Ils seront tous incarcérés et poursuivis en justice dès leur arrivée en France.

    Le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs souligné que «c'était des Français avant d'être des djihadistes».

    Tags:
    djihadisme, Christophe Castaner, Laurent Wauquiez, Irak, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik