Ecoutez Radio Sputnik
    Incendie à Paris: la suspecte sortie de l’hôpital psychiatrique il y a une semaine

    Incendie à Paris: la suspecte sortie de l’hôpital psychiatrique il y a une semaine

    © AP Photo / Geoffroy VAN DER HASSELT
    France
    URL courte
    7111

    La femme soupçonnée d’être à l’origine de l’incendie mortel qui a fait au moins 10 morts dans la nuit de lundi à mardi à Paris était sortie de l’hôpital psychiatrique il y a une semaine, selon les informations découvertes par les enquêteurs et communiquées ce mercredi par le procureur de Paris.

    13 séjours en hôpital psychiatrique, dont le dernier a duré jusqu'au 30 janvier dernier — le lendemain de l'incendie meurtrier qui a endeuillé la capitale française le procureur de la ville, Rémy Heitz, a fait le point sur le développement de l'enquête et s'est prononcé sur la suspecte, une quadragénaire qui s'était disputée avec un voisin le soir des faits.

    Elle «a fait l'objet de 13 hospitalisations au sein de l'hôpital psychiatrique Saint-Anne à Paris entre 2009 et 2019. […] La dernière [d'entre elles] qui a été prise, du 18 au 30 janvier 2019, a été levée sur décision médicale», a-t-il expliqué.

    Le suivi psychiatrique de la suspecte, qui a nié en garde à vue avoir commis les faits, est au centre des interrogations, relate l'AFP.

    Toujours d'après le procureur, à ce stade la justice a identifié six des 10 personnes mortes dans l'incendie.

    L'incendie, qui s'est déclaré dans le XVIe arrondissement de la capitale française, a fait au moins 10 morts et 96 blessés, ce qui en fait l'incendie le plus meurtrier qu'a connu la capitale française depuis près de 14 ans.

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Moscou s’exprime sur les premiers résultats de la présidentielle en Ukraine
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    psychiatres, hôpital, suspect, incendie, France, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik