Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil de sécurité de l'Onu

    La vidéo sur la présidence franco-allemande à l’Onu fait le buzz jusqu’à sa suppression

    © AP Photo / Seth Wenig
    France
    URL courte
    24254

    Une vidéo officielle annonçant la présidence conjointe de la France et de l’Allemagne au Conseil de sécurité de l’Onu a été supprimée sur fond de divergences des deux pays sur le gazoduc Nord Stream 2. Des internautes supposent que la France cède sa place à l’Allemagne, alors que d’autres ne voient pas d’idées dissimulées dans les formulations.

    La vidéo a été publiée le 1er février sur le compte Twitter de la France à l'Onu annonçant le début de la présidence conjointe de la France et de l'Allemagne au Conseil de sécurité de l'organisation internationale pour les mois de mars et d'avril. Cependant, le tweet a été retiré.

    Selon une capture d'écran, «pour la première fois aux Nations unies, deux pays assurent une présidence conjointe du Conseil de sécurité […] pour garantir la paix et la sécurité internationales».

    ​Le retweet de cette actualité en anglais depuis le compte de la mission allemande à l'Onu est néanmoins présent sur le compte français.

    ​Certains internautes ont commencé à s'inquiéter que la France puisse céder sa place à l'Allemagne au Conseil de sécurité de l'Onu.

    ​Des utilisateurs estiment que le buzz autour de cette actualité fait suite à une ignorance du véritable sens des termes utilisés.

    Le compte de la France à l'Onu a publié des réponses aux commentaires des utilisateurs égarés pour expliquer ce que signifie exactement une présidence conjointe de deux pays.

    Les internautes ne s'arrêtent pas de commenter.

    D'autres se réfèrent à des dictionnaires pour démontrer les sens inhérents à l'expression «présider conjointement» pour prouver l'idée de nombreux internautes que la France perd sa place au Conseil de sécurité afin de la partager avec l'Allemagne.

    ​Après avoir décelé le sens dissimulé de ces expressions officielles, des utilisateurs estiment être dupés par les autorités et considèrent que la vidéo a été retirée suite à cette révélation.

    La suppression de la vidéo en tant que déclaration d'une nouvelle étape dans les relations entre la France et l'Allemagne a lieu sur fond de tensions entre les deux pays sur le projet Nord Stream 2. Les parties sont finalement tombées d'accord sur les modalités des négociations avec Moscou sur le gazoduc, a déclaré Angela Merkel ce vendredi. Les pourparlers du Conseil de l'UE et du Parlement européen sur les amendements à la directive européenne sur le gaz pourraient démarrer la semaine prochaine.

    Il est à noter que le Président français a annulé sa participation à la Conférence sur la Sécurité à Munich le jeudi 7 février, d'après le Süddeutsche Zeitung. Toutefois, indique le journal allemand, cette annonce surprise renforce l'impression que les relations franco-allemandes sont loin d'être au beau fixe et cette annulation s'inscrit dans le droit-fil d'une série de différends franco-allemands, malgré la récente signature d'un nouveau traité d'amitié entre les deux pays. Paris et Berlin n'ont pas réussi à s'entendre sur des réformes en profondeur de la zone euro et le gouvernement allemand a bloqué la taxation du chiffre d'affaires des géants du numérique souhaitée par Emmanuel Macron.

    L'Élysée aurait déclaré pour sa part que la décision sur la non-participation d'Emmanuel Macron était sans rapport avec le différend sur le pipeline, a ajouté le journal allemand.

    Lire aussi:

    Les enquêteurs privilégieraient une nouvelle hypothèse sur l’incendie de Notre-Dame
    Incident entre Marines française et chinoise dans le détroit de Taïwan
    Ce qu’il faut retenir du discours de Macron sur les mesures élaborées suite au Grand débat
    Tags:
    réaction du Net, pipeline, internautes, vidéo, buzz, retrait, gazoduc, sécurité, conférence, Nord Stream 2, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Emmanuel Macron, Angela Merkel, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik