Ecoutez Radio Sputnik
    Christophe Castaner

    L'affaire Benalla «n'est pas une affaire d'État», selon Castaner

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    France
    URL courte
    20130

    Le ministre français de l’Intérieur a commenté dimanche sur France Inter/Francetvinfo/Le Monde les enregistrements d’Alexandre Benalla et Vincent Crase révélés fin janvier par Mediapart. Selon M.Castaner, il ne s’agit pas d’une «affaire d’État».

    Les enregistrements d'Alexandre Benalla révélés par Mediapart constituent «une affaire de cornecul», a déclaré dimanche le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur France Inter/Francetvinfo/Le Monde.

    «Je pense qu'on est plus dans une affaire de cornecul que dans une affaire de James Bond», a lancé M.Castaner interrogé sur le fait qu'il puisse s'agir d'un «service étranger».

    Selon lui, il ne s'agit pas non plus d'une «affaire d'État».

    «Ce n'est pas une affaire d'État, c'est l'affaire d'un bonhomme qui manifestement a fait n'importe quoi et continue à faire n'importe quoi», affirme-t-il.

    Il a rejeté la possibilité que ces enregistrements aient été réalisés par un service de police.

    «J'ai fait vérifier, il n'y avait pas d'enquête administrative, de renseignement administratif, sur M.Benalla», assure-t-il.

    Le ministre a également rappelé que la responsable de la sécurité du Premier ministre Marie-Élodie Poitout avait contesté que les enregistrements aient été réalisés chez elle.

    Le site Mediapart avait précédemment révélé un enregistrement accablant d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase daté du 26 juillet, alors que leur contrôle judiciaire leur interdisait de se voir, a indiqué Libération. Les deux hommes réfléchissaient au moyen de détruire d'éventuelles preuves compromettantes et s'inquiétaient notamment des liens qui risqueraient d'apparaître en rapport avec le «contrat russe» qui semblerait avoir été négocié alors qu'Alexandre Benalla était encore en poste à l'Élysée et signé par une société gérée à l'époque par Vincent Crase, selon le journal.

    Des journalistes ont tenté de vérifier auprès de Matignon l'hypothèse d'une rencontre et d'une écoute réalisées chez la cheffe du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM). Dans un courrier transmis au parquet de Paris le 1er février, Matignon explique alors avoir mené de «rapides vérifications» qui n'ont pas confirmé cette «allégation».

    Par la suite, Marie-Élodie Poitout, la cheffe du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), Édouard Philippe, a donné sa démission afin d'«écarter toute polémique» et a nié être liée à un entretien controversé entre Alexandre Benalla et Vincent Crase.

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Sentinelle, drones, LBD... L'acte 19 des Gilets jaunes sous étroite surveillance à Paris
    Tags:
    enregistrement, Mediapart, ministère français de l'Intérieur, Alexandre Benalla, Christophe Castaner, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik