France
URL courte
Affaire Benalla (196)
12129
S'abonner

Alexandre Benalla et Alexandre Djouhri auraient dû suivre «la filière d'excellence française». Un des fervents soutiens d’Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, l'économiste et essayiste Alain Minc, livre au magazine Challenges son avis sur l’ancien chargé de mission à l’Élysée.

Il «en aurait remontré, par sa maîtrise, à tous ces jeunes hauts fonctionnaires qui sortent de l'ENA avec encore du lait dans le nez», c'est en ces termes élogieux que l'économiste Alain Minc parle d'Alexandre Benalla, ancien chargé de mission à l'Élysée, dans son commentaire exclusif aux journalistes du magazine Challenges.

Qualifiant le passage d'Alexandre Benalla devant la Commission des lois du Sénat d'«éblouissant», Alain Minc, qui «admire le talent», estime que les directeurs des écoles qu'ont fréquentées des personnes comme lui ou encore Alexandre Djouhri, ce proche de Nicolas Sarkozy qui est «supérieurement intelligent et serait plus performant que beaucoup de patrons du CAC 40», devraient les repérer et s'occuper d'eux.

«Ils auraient suivi la filière d'excellence française: l'un aurait fait Polytechnique, l'autre l'ENA. Mais, comme le système ne les a ni repérés ni reconnus, pour réussir, ils ont pris les tangentes», estime-t-il, cité par l'édition.

Et de considérer que les patrons des grandes entreprises devraient dépister et prendre à leurs services des gens tels qu'Alexandre Benalla avant «qu'ils ne partent en zone sombre».

Dossier:
Affaire Benalla (196)

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
L'armée US reconnaît que sa dernière frappe à Kaboul était une erreur avec «un bilan tragique»
Tags:
France, Alexandre Benalla, Alexandre Djouhri, Alain Minc, éloges, talent
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook