Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    Ligue du LOL: lorsqu'un journaliste de Libé incriminé dessinait un sexe pour Marine Le Pen

    © AP Photo / Francois Mori
    France
    URL courte
    19194

    Le chef du service Web de Libération Alexandre Hervaud, impliqué dans l'affaire de la Ligue du LOL, avait à l’époque dessiné un pénis pour répondre à Marine Le Pen. Quatre ans après, le journaliste ayant présenté ses «excuses sincères aux personnes blessées» a été mis à pied «à titre conservatoire».

    Après de nombreuses révélations ce week-end à propos de la Ligue du LOL, un groupe Facebook fermé dont des membres ont harcelé en ligne plusieurs personnes, six hommes ont été mis à pied, dont Vincent Glad, pigiste, et Alexandre Hervaud, chef de service web à Libération, qui en 2015 avait dessiné un pénis pour Marine Le Pen.

    En mars 2015, Le Monde révélait que le parti de Marine Le Pen était accusé de fraude au budget européen. Refusant de s'exprimer sur cette affaire auprès des journalistes politiques, l'élue s'était prise en photo au parlement européen en tenant un papier «Coucou Libé!» et arborant un grand sourire. La photo a tourné sur Twitter jusqu'à ce qu'Alexandre Hervaud lui réponde par un même sourire et une feuille blanche sur laquelle était dessinée un pénis.

    Plus tard, Alexandre Hervaud a expliqué que son dessin imagé était une référence à un ancien reportage de Complément d'Enquête où est évoquée la réplique «Tu veux voir ma b….?».

    Quatre ans après cette affaire, le responsable web de Libération, accusé d'appartenir à la Ligue du LOL, a été mis à pied «à titre conservatoire». Le journaliste a confirmé lui-même être membre de cette page.

    Dimanche soir, il a publié un texte dans lequel il présente ses «excuses aussi sincères que tardives aux personnes qui, à un moment ou un autre, ont été blessées par mes mots en quasi 11 ans d'activité sur Twitter».

    Tags:
    La Libération, Ligue du LOL, harcèlement, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik