Ecoutez Radio Sputnik
    La police française (image d'illustration)

    Disparition d'un convoyeur de fonds avec 3 millions d’euros: la cavale prend fin

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    8810

    Selon la police, le convoyeur de fonds de la société Loomis, qui avait disparu le 11 février à Aubervilliers, près de Paris, avec plus de trois millions d'euros, a été interpellé le 12 février à Amiens (Somme) avec la plus grosse partie de l'argent.

    Au lendemain de sa disparition à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), un convoyeur de fonds a été interpellé mardi à Amiens avec une grande partie du butin emporté, qui pourrait atteindre les trois millions d'euros.

    Il a été interpellé grâce à une information de la police judiciaire d'Amiens, par des agents de la Direction interrégionale de la PJ de Lille (Nord) et des brigades de recherche et d'intervention de Lille et de Creil (Oise. Les policiers seraient encore à la recherche d'éventuels complices, indique-t-on de même source.

    Adrien D., 27 ans, originaire de Marseille, avait déposé deux de ses collègues près d'une agence Western Union, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), vers 06h00 du matin lundi et disparu alors avec le fourgon blindé dont il était le chauffeur. Le véhicule avait été retrouvé quelques rues plus loin, vide et les portes ouvertes.

    Selon la préfecture de police de Paris, qui avait lancé un appel à témoins mardi, le fusil en dotation dans ce fourgon avait aussi disparu.

    La Brigade de répression du banditisme a été saisie, sur instruction du parquet de Bobigny, d'une enquête de flagrance pour vol, infraction à la législation sur les armes et dégradations volontaires.

    Lire aussi:

    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Les derniers mots des pilotes du crash du Boeing 737 MAX révélés par les boîtes noires
    Tags:
    vol, Amiens, Aubervilliers, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik