France
URL courte
24871
S'abonner

Les vidéos de cet ancien sportif ont fait le tour de la Toile le jour de l’acte 8 de la mobilisation des Gilets jaunes en France. Alors qu’il comparaît aujourd’hui devant les juges du tribunal correctionnel de Paris et risque jusqu’à sept ans de prison pour avoir frappé deux gendarmes à Paris, une témoin lance qu’il lui a sauvé la vie.

L'ex-boxeur Christophe Dettinger, cet ancien champion de France aujourd’hui âgé de 37 ans, comparaît ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir frappé des représentants des forces de l’ordre lors du 8e samedi de la mobilisation des Gilets jaunes. Alors qu’il s’apprête à répondre de ses actes et risque 100.000 euros d’amende et une peine allant jusqu’à sept ans de réclusion, une témoin et son avocat sont sur place pour plaider en sa faveur.

Avant le début de la séance, cette femme explique aux journalistes que Christophe Dettinger l’a sauvée:

«Il m’a sauvée, je le soutiens et je suis là pour livrer mon témoignage.»

Comme l’ajoute Philippe de Veulle, son avocat, un garde mobile s’en était en effet pris à sa cliente avec violence — avec ses bottes et sa matraque, ce qui est d’ailleurs visible sur des vidéos et des photos.

​«Ce garde mobile est un gendarme, un gendarme est un militaire. Un militaire est tenu à un code d’honneur c’est-à-dire qu’il ne frappe pas un homme à terre et encore moins une femme», explique-t-il.

La témoin rajoute que ce gendarme mobile avait dit lui-même que le boxeur l’avait frappé au sol et qu’on frappe un homme au sol pour le tuer.

​«Dans ces cas-là, quand moi il m’a frappée au sol c’était donc pour me tuer.»

Elle explique que l’un de ses collègues avait essayé de l’empêcher de la frapper, mais sans succès.

«Il m’a frappée, matraque, chaussures, etc. Et Christophe est arrivé et l’a enlevé de moi pour que je puisse m’échapper.»

Elle considère que c’est cette scène, voir une femme de 47 kg et accompagnée de son fils se faire taper dessus, qui a énervé Christophe Dettinger.

La carrière de Christophe Dettinger
© Sputnik . Bruno Marty
La carrière de Christophe Dettinger

Lire aussi:

Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Tags:
boxeur, témoins, tribunal, défense, Gwenaëlle Antinori, Christophe Dettinger, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook