Ecoutez Radio Sputnik
    Edouard Philippe

    Édouard Philippe écarte la possibilité de l’amnistie des Gilets jaunes condamnés

    © AP Photo / Christophe Ena, Pool
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (32)
    25635

    Le Premier ministre français a répondu mercredi à la question d’Ingrid Lavasseur, qui l’avait interrogé sur la possibilité d’accorder une amnistie aux Gilets jaunes condamnés depuis le début du mouvement. Il a déclaré n’en avoir ni «le droit» ni l’«envie».

    Interrogé par Ingrid Lavasseur, l'une des figures des Gilets jaunes, sur la possibilité d'accorder une amnistie aux manifestants condamnés depuis le début du mouvement, Édouard Philippe s'est dit «opposé» à une telle perspective.

    «D'abord, parce que je n'en ai pas le droit, d'interrompre des procédures judiciaires […] Ça n'existe pas, l'amnistie du Premier ministre, il peut y avoir une loi d'amnistie, mais ça n'est pas à la mode, et j'y serais opposé», a-t-il précisé lors d'une émission de LCI et RTL.

    D'ailleurs, il a qualifié de «grave» ce qu'avaient commis certains manifestants.

    «Quand vous voyez des gens qui saccagent l'Arc de Triomphe, je n'ai aucune envie de leur dire: "allez, c'est pas grave". Quand vous voyez des gens qui attaquent des policiers et des gendarmes, quand vous voyez l'homme qui a brûlé le camion des forces Sentinelle devant la tour Eiffel, […], vous voudriez qu'on dise à ce monsieur: "Bon allez, c'est pas grave"? Mais si, c'est grave», a-t-il argumenté.

    En ce qui concerne les accusations de violences policières, M.Philippe a déclaré que les choses «sanctionnables […] seront sanctionnées».

    Le 13 février, le tribunal correctionnel de Paris a condamné l'ex-boxeur Christophe Dettinger à un an de prison ferme, aménageable en semi-liberté, et 18 mois de sursis avec mise à l'épreuve pour avoir frappé deux gendarmes lors de l'acte 8 des Gilets jaunes.

    Comme l'a expliqué son épouse, l'ancien boxeur avait attaqué deux policiers après avoir vu qu'une femme était matraquée au sol.

    Selon BFM TV, depuis le début du mouvement, la justice a prononcé près de 1.800 condamnations. Près de 1.500 dossiers sont encore en attente de jugement, plus de 1.300 comparutions immédiates ont été organisées et 316 personnes ont été placées sous mandat de dépôt.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (32)

    Lire aussi:

    L'ex-boxeur Christophe Dettinger qui avait frappé deux gendarmes vient de sortir de prison
    «Il a vu une injustice devant lui»: l’épouse de l’ex-boxeur Dettinger répond à Macron
    Les gendarmes frappés par le boxeur Christophe Dettinger témoignent
    Tags:
    gilets jaunes, amnistie, Édouard Philippe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik